•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous souvenez-vous quand vous ne pouviez pas magasiner le dimanche?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors qu'en France le gouvernement essaye de faire passer de 5 à 12 le nombre de dimanches où certains magasins pourront ouvrir, la question semble saugrenue au Québec. Pourtant, c'était difficile jusqu'en 1992. Nos archives vous ramènent directement à cette époque.

Une chronique de Pasquale Harrison-Julien, du Grand MontréalTwitterCourriel

La province tente de se relever d'une récession qui gangrène l'économie depuis 1989. Des commerçants estiment que la consommation et la création de nouveaux emplois aideraient le Québec à se sortir du marasme économique. Mais surtout, ils s'inquiètent de voir leurs voisins, les États-Unis et l'Ontario, permettre à leurs commerces d'ouvrir leurs portes le dimanche.

C'est aussi l'époque où les marchés aux puces font des affaires en or : ils ne sont plus contraints de vendre exclusivement des biens usagés, la marchandise est moins chère et, surtout, on peut les fréquenter le dimanche.

Le ministre libéral du commerce de l'époque, Gérald Tremblay, dépose le projet de loi 59 modifiant les heures et les jours d'ouverture des établissements commerciaux en novembre 1992. Une proposition qui est loin de faire l'unanimité. Les dépanneurs craignent de voir leurs activités baisser et les syndicats s'inquiètent de voir leurs membres travailler obligatoirement le dimanche.

Une majorité de députés approuveront les modifications à la loi le 18 décembre, quelques jours avant Noël. Le montage de reportages de nos journalistes Gilles Morin et Louise Beaudoin dans la vidéo ci-dessus témoigne des réactions à l'époque.

Pour regarder la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Presque 22 ans plus tard, pensez-vous que le Québec est sorti gagnant en ouvrant ses commerces de détail le dimanche? 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !