•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cancer : le temps d'attente à l'Î.-P.-É. cité

L'hôpital Queen Elizabeth, à Charlottetown

L'hôpital Queen Elizabeth, à Charlottetown

Radio-Canada

L'attente pour obtenir des traitements contre le cancer est deux fois plus longue à l'Île-du-Prince-Édouard que la moyenne canadienne, selon un rapport de l'Institut Fraser, un groupe de réflexion sur les politiques publiques.

Dans son étude, l'Institut Fraser indique qu'en moyenne, entre le moment où un patient rencontre son médecin généraliste à l'Île-du-Prince-Édouard et le début de ses traitements, il s'écoule sept semaines. La moyenne canadienne est de trois semaines.

Dans les autres provinces de l'Atlantique, le Nouveau-Brunswick est légèrement sous la moyenne canadienne, à 3,2 semaines, la Nouvelle-Écosse est au-dessus de la moyenne à 5,1 et Terre-Neuve-et-Labrador a l'attente la plus courte au pays avec trois semaines.

La Société canadienne du cancer tient à mettre toutes ces informations en contexte. Elle souligne tout d'abord qu'à l'Île-du-Prince-Édouard, un seul oncologue a répondu au questionnaire de l'Institut Fraser. Cela ne signifie pas que les données ne sont pas pertinentes, mais assurément elles ne sont pas complètes.

Un autre facteur souligné par la Société canadienne du cancer : il n'y a actuellement que deux oncologues à l'Île-du-Prince-Édouard, alors qu'il devrait y en avoir trois. Ça peut expliquer en partie l'attente plus longue ici qu'ailleurs.

Santé Île-du-Prince-Édouard souligne qu'elle recherche activement un troisième oncologue, ce qui permettrait de réduire l'attente.

Santé publique

Société