•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix du pétrole poursuit sa chute

Plein d'essence

Photo : Étienne Dumont/Radio-Canada

Radio-Canada

Le prix du baril de pétrole continue de chuter, entraînant une baisse du prix de l'essence. Il est tombé sous la barre des 60 $US à la fermeture des marchés.

Le baril de référence (WTI) pour livraison en janvier a chuté de 2,14 $ sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il s'est établi à 57,81 $, son plus bas niveau de clôture depuis la mi-mai 2009.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) craint d'ailleurs que les cours de l'or noir continuent de baisser, en raison du déséquilibre entre l'offre et la demande, qui risque de s'aggraver.

L'AIE a réduit sa prévision de croissance de la demande de pétrole mondiale en 2015, notamment en raison de la morosité économique et de la faible progression des salaires. Elle ne s'attend pas à une baisse de la production, qui pourrait plutôt, selon elle, se heurter aux limites des capacités de stockage. 

Pourquoi pas une baisse de la production?

Malgré la baisse des cours du pétrole, causée par une offre mondiale excédentaire, les pays membres de l'OPEP ont annoncé fin novembre qu'ils ne réduiraient pas leur production, pour ne pas prendre le risque d'abandonner des parts de marché à d'autres producteurs, notamment nord-américains. Les tenants du statu quo au sein de l'OPEP, Arabie saoudite en tête, pensent ainsi qu'il est de l'intérêt de l'OPEP de s'accommoder de prix plus bas pendant un certain temps, pour ralentir le développement de projets aux États-Unis, leur plus féroce compétiteur.

L'AIE s'attend même à une hausse de la production des pays producteurs qui ne font pas partie de l'OPEP, comme la Russie et le Mexique.

Prix à la pompe à la baisse

La baisse du prix du pétrole brut a des conséquences sur les prix à la pompe. Dans la région de Montréal, le prix moyen est de 1,15 $ le litre d'essence, alors qu'il est de 1,09 $ dans la région de Québec, selon CAA Québec. C'est en Gaspésie que les automobilistes doivent débourser le plus pour leur essence, avec un prix moyen de près de 1,18 $, et c'est en Outaouais qu'il est possible de faire le plus d'économies, avec un prix de 1,05 $ le litre.

Le Québec est toutefois la province canadienne qui paie son essence le plus cher, alors qu'en Alberta, au Manitoba et en Saskatchewan, le prix moyen de l'essence est passé sous la barre de 1 $, toujours selon CAA.

  • Colombie-Britannique : 1,12 $
  • Alberta : 0,92 $ 
  • Saskatchewan : 0,99 $
  • Manitoba : 0,95 $
  • Ontario : 1,03 $
  • Québec : 1,13 $ 
  • Nouveau-Brunswick : 1,04 $
  • Nouvelle-Écosse : 1,08 $
  • Île-du-Prince-Édouard : 1,08 $
  • Terre-Neuve-et-Labrador : 1,09 $

Le prix du pétrole inquiète les provinces

La baisse des cours du pétrole sera au coeur de la réunion des ministres des Finances du pays qui aura lieu dimanche et lundi à Ottawa.

La Saskatchewan et l'Alberta, particulièrement, s'inquiètent de la baisse de leurs revenus. L'Alberta prévoit perdre 215 millions de dollars pour chaque dollar de baisse du prix du baril.

Le ministre albertain des Finances, Robin Campbell, sera toutefois absent de la réunion. Il se dit trop occupé à réviser ses prévisions budgétaires.

 

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie