•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Claude Villeneuve n’est pas tendre envers Greenpeace

Claude Villeneuve

Claude Villeneuve

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le directeur de la Chaire en éco-conseil de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Claude Villeneuve, critique le combat de Greenpeace contre Produits forestiers Résolu (PFR).

Le biologiste affirme que Greenpeace mène des luttes idéologiques qui n'ont rien à voir avec la réalité de l'industrie forestière.

Claude Villeneuve précise que Greenpeace est une boîte médiatique qui ramasse des fonds en défendant des idées abstraites et extrêmement simplifiées, sans rigueur scientifique.

Il rappelle que l'industrie forestière s'est complètement transformée au cours des dernières années, et que Greenpeace maintient toujours le même discours simpliste.

« Il y a énormément de choses qui se sont faites dans les dernières années et qui sont balayées du revers de la main par des idéologues qui veulent imposer une vision qui est complètement déconnectée de la nature, dit-il. Et cette vision qui est complètement déconnectée de la nature, elle est là, elle se vend bien et vous lui donnez, comme média, sa crédibilité. »

Le directeur de la Chaire en éco-conseil de l'UQAC explique qu'il connaît bien la réalité de l'usine Kénogami qui est visée indirectement par Greenpeace.

« On travaille avec ces gens-là depuis plusieurs années et quand vous allez sur le terrain, ce ne sont pas des criminels endurcis qui ont juste envie de polluer l'environnement, affirme M. Villeneuve. Ce sont des gens qui se posent des questions comme vous et moi, ce sont des gens qui ont énormément évolué qui ont fait des gestes. C'est une entreprise qui a fait un travail. »

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.