•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilité urbaine : Paris, un futur Copenhague?

L'avenue des Champs-Élysée à Paris

L'avenue des Champs-Élysée à Paris

Photo : ? Charles Platiau / Reuters

Radio-Canada

Une révolution se prépare dans la capitale française. Interdiction du diesel d'ici 2020, restriction de la circulation automobile dans les arrondissements du centre, expansion massive du réseau cyclable, réduction des limites de vitesse, création de couloirs réservés aux véhicules propres. Le futur plan de déplacement de Paris n'a rien à envier à Copenhague, l'exemple ultime de la mobilité urbaine moderne.

Un texte de Étienne LeblancTwitterCourriel

« C'est une ville apaisée que nous voulons », dit Christophe Najdovski, le maire adjoint de Paris, chargé des questions du transport. « Nous allons agir efficacement, vite et fort, pour améliorer la qualité de l'air de la ville et réduire de façon importante la circulation automobile », ajoute-t-il.

Le problème de la pollution de l'air à Paris incite les autorités de la ville à agir.

En 2013, la concentration des particules fines (PM10) a dépassé le seuil prescrit par l'Organisation mondiale de la santé à de nombreuses reprises (50 microgrammes par mètre cube de particules fines sur une moyenne de 24 heures), jusqu'à 130 jours de l'année dans certaines parties de la ville.

Une étude que nous avons reçue il y a deux semaines nous indique que lors des pics de pollution, respirer l'air de Paris, c'est comme faire du tabagisme passif. C'est comme être en présence de huit fumeurs dans une pièce de 20 m²

Christophe Najdovski, maire adjoint de Paris,
En 2013, la concentration des particules fines à Paris a souvent dépassé le seuil prescrit par l'OMS

En 2013, la concentration des particules fines à Paris a souvent dépassé le seuil prescrit par l'OMS

Photo : ? Philippe Wojazer / Reuters

Un plan qui ne manque pas d'ambition

S'il est adopté par le conseil de la ville, les premières mesures du futur plan de déplacement seront appliquées dès 2015, sous deux axes : mesures antipollution d'une part, et mesures d'apaisement de la circulation d'autre part.

Le plan prévoit l'interdiction des véhicules au diesel d'ici 2020. Ce type de carburant, qui a longtemps donné à Paris un parfum si particulier, est toujours très prisé des Français.

Le parc automobile de l'Hexagone est constitué à plus de 60 % de véhicules au diesel. Les bus au diesel - dont les nombreux cars de tourisme - et les camions au diesel « en transit », pourraient être exclus de la ville dès l'été prochain.

Pour ce qui est des véhicules individuels, l'interdiction sera progressive. Le contrôle se fera à partir de pastille sur les voitures. Des mesures d'incitation seront mises en place pour inciter les Parisiens à se débarrasser de leur voiture, ou de s'en procurer une moins polluante.

Ainsi, Paris souhaite bonifier la prime que va mettre en place l'État pour l'achat d'un véhicule électrique. La mise à la casse des voitures au diesel sera récompensée et des abonnements au service de voitures en libre partage, au métro et au train seront offerts.

Certaines artères, sélectionnées pour leur taux de pollution élevé, deviendront des axes de circulation à faibles émissions. « Nous avons un effet canyon dans certaines rues qui ont un fort trafic, qui sont relativement étroites et qui ont des immeubles hauts, et là nous avons une concentration des polluants. Nous voulons avoir une action particulière avec la réservation de la circulation sur ces axes aux véhicules propres », dit Christophe Najdovski.

La rue de Rivoli et l'avenue Champs-Élysée, entre autres, seront considérées pour devenir des « rues à ultrabasses émissions ». Une zone semi-piétonne sera créée dans le centre, où seuls seront autorisés les vélos, les bus, les taxis, les voitures des résidents ainsi que les véhicules d'urgence ou de livraison.

Une grande zone à 30 km/h au centre de la ville

Une limite de vitesse à Paris pour combattre la pollution

Une limite de vitesse à Paris pour combattre la pollution

Photo : Charles Platiau / Reuters

Paris prévoit aussi de créer une zone où la limite de vitesse serait réduite à 30 km/h. Les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements, au centre de la Ville lumière, seront visés en premier par cette mesure, qui devrait s'étendre partout.

« Nous voulons généraliser le 30 km/h à Paris et en faire une " ville 30 ". Alors qu'aujourd'hui la règle est le 50 km/h, nous voulons inverser ce qui est aujourd'hui la règle et ce qui est l'exception », dit M. Najdovski. « Demain, la règle sera le 30 km/h, et l'exception sera le 50 km/h qui sera maintenu sur quelques grands axes de circulation ».

Parallèment à ces mesures d'apaisement, la ville de Paris investira près de 150 M$ pour doubler d'ici 2020 le réseau cyclable de la capitale française.

« C'est un plan qui coûtera plusieurs dizaines de millions d'euros, mais nous rapportons ce montant à ce coûte aujourd'hui l'inaction face à la pollution de l'air en terme de santé publique. C'est un investissement », conclut le maire adjoint.

Paris saura-t-il inspirer les villes canadiennes?

International