•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'Ashley Smith: Presque rien n'a été fait pour les prisonnières depuis

La jeune Ashley Smith

Photo : La Presse canadienne / PC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des groupes de défense de prisonnières au Canada dénoncent l'inaction d'Ottawa au sujet des recommandations qu'un jury du coroner a émises il y a un an sur la mort d'Ashley Smith. La jeune femme de 19 ans s'est asphyxiée au pénitencier de Kitchener en 2007, parce que les gardiens avaient reçu l'ordre de ne plus entrer dans sa cellule tant qu'elle respirait lorsqu'elle s'adonnait à la strangulation.

Un texte de Jean-Philippe NadeauTwitterCourriel

Ashley Smith aimait le plaisir que lui procurait l'asphyxie momentanée en plus d'attirer l'attention de ses gardiens. Une habitude qui a pris de l'ampleur durant sa détention. Au cours des six derniers mois de sa vie, elle avait d'ailleurs été transférée à 17 reprises dans neuf établissements de cinq provinces pour donner un répit à ses gardiens à cause de la violence de son comportement.

Image tirée d’une vidéo: Ashley Smith entourée de gardiens dans un établissement de Joliette au Québec.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans cette image tirée d’une vidéo, on montre Ashley Smith entourée de gardiens dans un établissement de Joliette au Québec. Cette photo a été montrée au juré dans lors d’une formation sur le système carcéral du Canada.

Photo : La Presse canadienne / HO

L'enquête du coroner avait démontré que la prison restait malgré tout la solution la plus sécuritaire pour les prisonnières en détresse, même si leur confinement solitaire n'était pas salutaire à long terme, faute de ressources médicales. Le jury avait néanmoins décrété que la mort d'Ashley était un homicide alors que le Service correctionnel du Canada avait plaidé la thèse de l'accident.

Une centaine de recommandations

Le jury avait notamment suggéré à l'État que les agents correctionnels soient dorénavant tenus responsables de la mort d'une prisonnière, mais qu'ils ne soient plus disciplinés lorsqu'ils contreviennent à l'ordre de leurs supérieurs. À l'époque, ils avaient reçu la consigne controversée de ne plus entrer dans la cellule d'Ashley lorsqu'elle se nouait la nuque avec du tissu ou des ficelles qu'elle dissimulait dans ses parties intimes lorsqu'elle allait aux toilettes ou aux douches.

Le jury composé de cinq femmes avait par ailleurs proposé les femmes qui entrent dans le système carcéral soient examinées pour que l'on connaisse leur état mental. Les prisonnières qui ont des comportements suicidaires ou d'automutilation devaient ainsi selon lui purger leur peine dans des institutions psychiatriques plutôt qu'en prison. Le jury avait enfin suggéré d'abolir le recours au confinement solitaire des détenues et de revoir l'usage de la force dans les pénitenciers.

Des secouristes tentent de réanimer Ashley Smith dans une vidéo rendue publique par la cour le 21 janvier 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des secouristes tentent de réanimer Ashley Smith dans une vidéo rendue publique par la cour le 21 janvier 2013.

Photo : La Presse canadienne / CP / HO

Il n'existe à l'heure actuelle au Canada que deux centres de détention psychiatriques qui sont considérés comme des milieux hospitaliers pour des prisonnières: le Centre psychiatrique régional de Saskatoon et l'Institut Pinel de Montréal.

L'inaction du gouvernement dénoncée

L'Association canadienne des Sociétés Elizabeth Fry affirme qu'une seule des 104 recommandations a été appliquée. Il s'agit de l'ouverture de deux lits dans une unité psychiatrique de l'Hôpital de Brockeville, mais cette mesure fait l'objet d'un projet pilote seulement d'une durée indéterminée. Seul l'un des deux lits en question est occupé.

La présidente de l'Association, Kim Pate, affirme que ''ce projet pilote est insuffisant compte tenu des besoins criants pour des soins psychiatriques dans nos prisons.'' L'Association demande donc au gouvernement d'appliquer toutes les recommandations du jury, en particulier celles qui concernent les soins psychiatriques en milieu hospitalier.

La mère adoptive d'Ashley Smith, Coralee Smith (archives)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mère adoptive d'Ashley Smith, Coralee Smith

Photo : La Presse canadienne / Tom Hanson

La mère d'Ashley, Coraly Smith, parle de son côté d'un manque de respect à l'endroit des femmes dont la santé mentale est précaire. Mme Smith se dit atterrée, d'autant que l'enquête du coroner a conclu que la mort d'Ashley était un homicide et qu'un jugement aussi sévère aurait dû selon elle faire accélérer les choses. Elle fustige d'ailleurs le gouvernement pour son manque de sensibilité. ''Ce gouvernement manque de transparence - explique-t-elle - et il refuse toujours d'endosser sa responsabilité dans la mort de ma fille.''

Le Service correctionnel du Canada ne nous a pas rappelés et aucune enquête criminelle n'a été ouverte sur cette affaire comme le demandait la famille Smith afin d'identifier et d'incriminer le gestionnaire responsable de la mort d'Ashley.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ontario