•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ententes du N.-B. avec les forestières sont rendues publiques

Industrie forestière

L'industrie forestière est aussi une source d'emplois saisonniers au Maine.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Néo-Brunswickois peuvent maintenant consulter les ententes conclues par leur gouvernement avec les entreprises forestières.

Le gouvernement de Brian Gallant tient ainsi l'une de ses promesses électorales, qui était de dévoiler les ententes conclues par le gouvernement de David Alward l'été dernier.

« Le processus précédent manquait de transparence et ne prévoyait pas la communication d'information concernant les terres de la Couronne au public. Nous allons changer cela à compter d'aujourd'hui en affichant ces documents en ligne afin que la population puisse y avoir accès », a déclaré le ministre des Ressources naturelles, Denis Landry.

De ce que j'ai vu, les contrats ont été faits en bonne et due forme.

Une citation de :Denis Landry, ministre des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick. 

Les ententes ont été publiées sur le site Internet du ministère des Ressources naturelles. Les entreprises en question sont J. D. Irving, Twin Rivers, Scieries Chaleur, ainsi que des collectivités autochtones.

On peut lire notamment que J. D. Irving prévoit des investissements de 513 millions de dollars dans ses installations à Saint-Jean, Chipman, Doaktown, Sussex, entre autres.

L'entreprise prévoit créer 804 emplois directs et 404 indirects durant les travaux de construction. Elle estime qu'après les travaux elle aura créé 178 emplois directs et 148 indirects.

Le ministère travaille toujours sur une carte détaillée qui doit montrer les zones de permis de coupe, les terres protégées, les cours d'eau et leurs zones tampons, ainsi que certains habitats de la faune.

Peu de changements à prévoir

On ne s'attend pas à des changements majeurs dans le plan d'aménagement forestier. Le gouvernement veut éviter d'aller en cour contre les entreprises forestières qui pourraient contester des changements dans leurs contrats.

Le chef du Parti vert, David Coon, a déclaré que le gouvernement est lié par les contrats, et que peu de changements sont possibles. Ce dernier demande depuis plusieurs mois que les détails de la stratégie décennale de J.D. Irving soit rendue publique. Or, le ministère des Ressources naturelles a confirmé que cette information ne sera pas publiée pour des raisons de confidentialité. 

Bruce Fitch, chef intérimaire du Parti progressiste-conservateur, craint que des changements, s'il y en a, entraînent la perte d'emplois ou la création d'un nombre d'emplois plus faible que prévu.

Le ministre Landry, a admis que si des changements sont effectués, il y a « toujours une possibilité de pertes d'emplois », mais que ce n'est « pas le but ».

Ce dernier n'a pas commenté le plan et les ententes sur le fond, disant vouloir étudier davantage toute la question.

« Disons que ç'a pris quatre ans au gouvernement précédent à arriver avec un plan. Le contenu, je pense qu'il y a une possibilité que dans les semaines qui s'en viennent à regarder enfin comme gouvernement s'il y a des matières à changer dans ce plan et les choses à faire », a-t-il dit. 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Acadie