•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maniwaki : l'usine Résolu met à pied des travailleurs

La scierie Produits forestiers Résolu de Maniwaki

La scierie Produits forestiers Résolu de Maniwaki

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les travailleurs de la scierie de la compagnie Produits forestiers Résolu ont appris, lundi, que l'usine de Maniwaki fermera partiellement ses portes en janvier, notamment à cause de problème d'approvisionnement.

La direction de la scierie a rencontré ses 83 travailleurs pour leur annoncer la mauvaise nouvelle.

« C'est extrêmement décourageant. On ne voit pas la lumière au bout du tunnel. On n'a pas vraiment de solutions à court terme pour nous aider. Quand les gens ont le moral bas comme ça, c'est difficile de les motiver », se lamente le président du syndicat, Richard Forêt.

Dès le retour des Fêtes de fin d'année, soit le 5 janvier, un des deux quarts de travail en vigueur à l'usine sera éliminé pour une période indéterminée. Cela entraînera la mise à pied d'une cinquantaine de travailleurs.

« C'est extrêmement une mauvaise nouvelle. [...] C'est un méchant coup dur avec ce qu'on a vécu au début de cette année. »

— Une citation de  Richard Forêt, président du syndicat

Si le syndicat s'inquiète autant de la situation, c'est parce que la scierie de Maniwaki a connu une année difficile. L'entreprise avait notamment été fermée de la mi-mai jusqu'au milieu de l'été, en raison de problèmes d'approvisionnement.

Le syndicat craint qu'une fermeture durable de la scierie n'ait des répercussions néfastes sur toute la filière de la transformation du bois en Outaouais, et plus largement sur l'économie de la région.

L'usine Résolu de Gatineau qui se fournit en partie à la scierie de Maniwaki n'est pas touchée pour le moment.

Des problèmes qui se multiplient

Une entente de trois ans conclue au mois de juin avec Québec avait permis la reprise des activités.

En effet, le gouvernement Couillard avait accepté d'assouplir le nouveau régime forestier afin qu'il soit plus adapté à la réalité de l'Outaouais, qui compte beaucoup de forêts mixtes.

Cependant, malgré cette entente, la scierie de Maniwaki n'est toujours pas en mesure d'atteindre ses objectifs de production.

« À un moment donné, l'usine ne sera plus rentable à un quart de travail. [...] Tabarouette, à un moment donné, ils vont se tanner et ils vont mettre la clé sous la porte. »

— Une citation de  Richard Forêt, président du syndicat

« Il y aurait 40 000 mètres cubes qui nous manquent à ce niveau-là, ce qui représente trois semaines de travail à deux quarts. [...] Il y a aussi le fait que Résolu n'a pas encore d'entente avec l'Office des producteurs de bois privés », précise Richard Forêt qui se dit découragé par cette situation.

Il croit qu'une partie des problèmes proviennent du ministère des Forêts qui est désormais responsable de la planification de l'industrie en vertu du nouveau régime forestier.

D'autre part, des démarches seront effectuées auprès du maire de Maniwaki et du préfet de la MRC de La-Vallée-de-la-Gatineau afin que des pressions soient exercées sur Résolu et sur l'Office des producteurs de bois privés.

D'après un reportage de Nathalie Tremblay

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.