•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Val-d'Or obtient une cote A+ pour sa gestion de l'eau

Problèmes d'eau potable à L'Islet-sur-Mer
Radio-Canada

La Ville de Val-d'Or obtient la cote A+ pour sa performance concernant la gestion de l'eau. Cette note est attribuée par l'Institut national de la recherche scientifique et l'Université Laval qui ont réalisé une étude sur l'aquaresponsabilité municipale. Cependant, l'étude démontre aussi que les Valdoriens consomment plus d'eau que la moyenne canadienne.

Avec les informations de Sandra AtamanTwitterCourriel

Val-d'Or est la première ville de taille moyenne a être soumise à cette évaluation sur l'aquaresponsabilité. Cela englobe toutes les actions qu'une ville devrait poser pour garantir une saine gestion des ses ressources et de ses services d'eau. La gestion de la neige et le traitement du transport de l'eau, par exemple, ont obtenu de très bonnes notes.

Le rapport remis à la Ville de Val-d'Or contient cependant 117 recommandations, dont 37 qui devraient faire l'objet d'une attention prioritaire. Parmi elles, la réduction de la consommation. Chaque Valdorien consomme en moyenne 460 litres d'eau par jour, comparativement à la moyenne canadienne de 412 litres par jour.

« On est de grands consommateurs d'eau, indique le maire Pierre Corbeil. C'est peut-être le reflet qu'on est dans l'abondance et que les gens ont plus ou moins le souci de la gaspiller ou de la préserver, mais il faut toujours en être conscient et c'est là-dessus qu'il va falloir travailler tous ensemble. »

La Ville devra aussi prévoir les impacts des changements climatiques. L'organisme Bassin versant Abitibi Jamésie abonde dans le même sens. « Tout ce qui est rénovation de ses infrastructures ou toutes les actions qu'elle va devoir faire pour la gestion de l'eau il faut vraiment absolument commencer à tenir compte du paramètre de changement climatique », affirme la chargée de projet, Jihene Zaiem.

La Ville souhaite aussi arriver à une tarification plus juste en fonction de la consommation. Le maire n'exclut pas une augmentation du coût de l'eau dans le prochain budget.

Abitibi–Témiscamingue

Société