•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La révision des politiques d’approvisionnement de papier de Best Buy aurait des impacts dans la région

Logo Best Buy
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La chaîne de magasins Best Buy a annoncé, mardi, qu'elle exigera désormais de ses fournisseurs de papier canadiens des produits certifiés par la norme du Forest Stewardship Council (FSC).

En révisant ses politiques d'approvisionnement de papier, Best Buy tourne le dos à Produits forestiers Résolu, qui a perdu sa certification FSC en 2013 pour trois de ses parterres de coupe, dont deux au Lac-Saint-Jean et l'autre en Ontario.

Le détaillant est l'un des plus importants clients de la papeterie Kénogami de Produits forestiers Résolu, dans l'arrondissement de Jonquière.

La décision de Best Buy inquiète le président du syndicat, Régis Duchesne. « On considère que Greenpeace ne fait pas sa job première de sauver la forêt, mais prend les populations en otage pour sauver des sous. »

Selon le syndicat, les commandes de Best Buy représentent quatre mois de production à l'usine Kénogami.

Produits forestiers Résolu craint d'ailleurs les répercussions. Le porte-parole, Karl Blackburn, affirme que le chantage de Greenpeace a porté ses fruits.

« Les impacts de la décision de clients ne se feront pas sentir à Seattle, à Toronto, mais dans les régions du Québec et de l'Ontario », croit-il.

De son côté, le groupe environnementaliste Greenpeace, qui avait lancé une campagne pour inciter Best Buy à revoir sa politique, applaudit la décision.

Le directeur de Greenpeace au Québec, Nicolas Mainville, parle d'une première étape. « En s'engageant avec FSC, c'est un jalon de base, dit-il. Ils mettent la barre au minimum en disant on veut seulement FSC et par la suite, on verra ce qu'on a à faire de plus. »

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.