•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parc Wood Buffalo : pétition pour une protection accrue de l'UNESCO

Aurores boréales au parc Wood Buffalo (Source: Parcs Canada)

Aurores boréales au parc Wood Buffalo (Source: Parcs Canada)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Première Nation crie Mikisew demande à l'UNESCO de placer le parc national Wood Buffalo sur sa liste de patrimoine mondial en péril.

Un texte de Tiphanie RoquetteTwitterCourriel

La Première Nation affirme que les installations de production d'hydro-électricité et l'exploitation des sables bitumineux menacent les beautés du parc, situé à la frontière entre l'Alberta et les Territoires du Nord-Ouest.

Le parc national Wood Buffalo est reconnu pour avoir la plus grande population nord-américaine de bisons en liberté ainsi qu'une aire de nidification de la grue blanche d'Amérique.

Dans sa pétition adressée au comité du patrimoine mondial, la Première Nation indique que le gouvernement fédéral et celui de la Colombie-Britannique ont échoué à réglementer les installations hydro-électriques sur la rivière Peace. Par conséquent, les barrages ont conduit à la baisse du niveau des eaux et à une perte d'habitat.

Une grue blanche d'AmériqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

The whooping crane is the tallest bird in North America, standing 1.5 metres tall. The world's only wild population of whooping cranes, the Wood Buffalo-Aransas flock, has about 300 individuals, according to recent estimates.

Photo : Ron Heflin/Associated Press

La Première Nation Mikisew s'inquiète que le nouveau barrage hydro-électrique approuvé en Colombie-Britannique accentue les problèmes soulevés.

La Nation montre aussi du doigt les exploitations de sables bitumineux. Selon la pétition, celles-ci créent trop de polluants, perturbent le mouvement migratoire des oiseaux et affaiblissent le flot de la rivière Athabasca, l'autre source d'eau du parc national de Wood Buffalo.

Les gouvernements fédéral et albertain ignorent ses inquiétudes et échouent à mettre en place des systèmes de surveillance efficaces, écrit la Première Nation.

Un appel à la communauté internationale

Elle espère qu'une désignation de patrimoine mondial en péril permettra d'attirer l'attention de la communauté internationale et forcera les différents gouvernements à prendre des mesures correctives.

Si la Première Nation obtient satisfaction, le parc rejoindra une liste de 46 biens dont le parc national des Everglades en Floride et l'Ancienne ville de Damas. Ce serait le premier lieu canadien sur la liste.

Le parc national Wood Buffalo est devenu patrimoine mondial de l'UNESCO en 1983. L'organisation internationale reconnaissait ainsi la présence du plus grand delta intérieur du monde, situé à l'embouchure des rivières Peace et Athabasca.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.