•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poète Claude Péloquin est-il cette fois allé trop loin?

Le poète et parolier Claude Péloquin
Le poète et parolier Claude Péloquin Photo: Radio-Canada/Christian Côté

Peut-on tout dire quand on est un artiste? La question se pose à la suite d'une entrevue avec le poète et parolier Claude Péloquin qui a viré à la diatribe anti-immigration, lundi, sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première.

La couverture du « Poète en feu de glace » de Claude PéloquinLa couverture du « Poète en feu de glace » de Claude Péloquin Photo : Les Écrits des Forges

Le poète était l'invité de l'émission Plus on est de fous, plus on lit!, animée par Marie-Louise Arsenault.

Il était en studio pour parler de son plus récent ouvrage, Le poète en feu de glace, publié aux éditions les Écrits des Forges.

Reconnaissant que l'immigration a déjà été « une richesse », il a expliqué considérer désormais le phénomène comme « un fléau », allant jusqu'à parler de « génocide ».

On nous fait le même coup qu'aux Amérindiens.

Claude Péloquin

Un habitué de la controverse

Plus de 50 ans se sont écoulés depuis la parution de Jéricho, le premier recueil de poésie de Claude Péloquin, en 1963. Depuis, 35 livres ont suivi.

C'est aussi lui l'auteur de Lindbergh, la chanson phare de Robert Charlebois, et du célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves! » inscrit sur un mur du hall d'entrée du Grand Théâtre de Québec.

Depuis une dizaine d'années, il met sa plume au service de diverses entreprises. 

Si l'homme n'a jamais eu peur de choquer, certains trouvent qu'il est allé trop loin cette fois-ci en parlant d'« invasion » et de « mort du Québec ».

Si on n'arrête pas le flot d'étrangers, on n'aura jamais de pays.

Claude Péloquin

Livres

Arts