•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le typhon Hagupit fait 27 morts aux Philippines

Un sinistré revient sur les lieux de sa résidence sur l'île de Samar après le passage du typhon Hagupit.

Un sinistré revient sur les lieux de sa résidence sur l'île de Samar après le passage du typhon Hagupit.

Photo : EPA/FRANCIS R. MALASIG

Radio-Canada

Plusieurs centaines de milliers de Philippins ont commencé à regagner lundi les zones évacuées par précaution avant le passage du typhon Hagupit, en fin de semaine.

Plus d'un million de personnes avaient été évacuées. Et 27 décès ont été signalés jusqu'ici. Des centaines d'habitations ont été détruites par le cyclone de catégorie 3.

Un an après le passage d'Haiyan, qui a fait 7000 morts et 4 millions de sinistrés dans la même zone, les autorités n'ont voulu prendre aucun risque. Des villes entières ont été rassemblées dans 1500 centres d'accueil.

Nous sommes heureux d'avoir tiré les leçons de nos expériences passées.

Gwendolyn Pang, secrétaire générale de la Croix-Rouge philippine

Hagupit, qui a touché terre samedi soir, a balayé les îles de Samar, Masbate, Leyte et Luzon. Il est redevenu une tempête tropicale lundi en atteignant les îles de Romblon et de Marinduque.

Dans la capitale, Manille, les écoles, les marchés financiers et certains services administratifs ont été fermés par précaution. Les zones les plus exposées ont été évacuées.

Plusieurs habitations ont été détruites par le typhon Hagupit sur l'île de Samar.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs habitations ont été détruites par le typhon Hagupit sur l'île de Samar.

Photo : Reuters

Des secours en renfort

Des membres de l'ONG ontarienne Global Medic se sont envolés en direction des Philippines pour contribuer aux efforts de secours dans l'archipel.

Ses membres ont emporté avec eux un petit drone dans leurs bagages. Les images captées par l'engin téléguidé permettront de mieux organiser les secours, puisqu'elles seront beaucoup plus nettes et plus précises que les photos satellites utilisées habituellement dans des catastrophes naturelles.

Aider les sinistrés à l'aide de drones : le reportage de Stéphane Blais

Avec les informations de Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

International