•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La mobilisation syndicale va prendre de l'ampleur », affirme la Coalition syndicale pour la libre négociation

Marc Ranger

Marc Ranger, Coalition syndicale pour la libre négociation

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Réagissant à l'adoption par l'Assemblée nationale du projet de loi 3 sur la réforme des régimes de retraite, la Coalition syndicale pour la libre négociation affirme que « la mobilisation va prendre un nouvel élan ».

« Pour nous, il est important de lancer un signal qui est clair. Si le ministre Moreau pensait casser le mouvement syndical, casser l'engagement et la détermination des employés municipaux, qu'il nous regarde aller au cours des prochains mois.

Une citation de :Marc Ranger, porte-parole de la coalition

Marc Ranger affirme que la mobilisation, « loin de s'essouffler », va maintenant se déplacer au niveau des administrations municipales. Il ne veut cependant pas donner plus de détails sur les actions à venir.

Il déplore le fait que la nouvelle loi « marque une grande cassure sur le plan des relations de travail dans le monde municipal ». Selon lui, les municipalités ont connu des relations de travail saines pendant 30 ans, une situation qui est désormais terminée.

M. Ranger appelle toutefois les maires en désaccord avec la décision du gouvernement à faire entendre leurs voix. Selon lui, ils forment une majorité au sein de l'Union des municipalités du Québec (UMQ). 

Le porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation a aussi déclaré encore une fois que tous les moyens légaux seront pris pour empêcher le gouvernement d'aller de l'avant.

Nous allons contester des aspects de la loi jusqu'en Cour suprême s'il le faut. Ils ont allumé un feu, c'est à eux de prendre les moyens de l'éteindre.

Une citation de :Marc Ranger

Marc Ranger espère pouvoir rallier la population à sa cause, accusant le gouvernement de « siphonner tout le monde », alors que les députés n'auront pas à appliquer le partage des déficits passés à leur propre régime de retraite.

Le gouvernement s'attaque à la classe moyenne. Il n'y a pas d'un côté les contribuables et de l'autre les méchants syndiqués gras dur. Nos gens ne sont pas des gras dur. On va le dire une fois pour toutes, une rente moyenne de 28 000 $ par année, souvent pas indexée, ce n'est pas ça être gras dur.

Une citation de :Marc Ranger

Le projet de loi 3

Le projet de loi 3 prévoit des mesures pour éponger les déficits actuels et futurs des 170 régimes de retraite des employés municipaux du Québec. Ces déficits frôlent actuellement 4 milliards de dollars. Le projet de loi balise également le processus de négociation entre les villes et leurs employés.

Son principe de base consiste en un refinancement à parts égales des déficits passés et futurs des régimes de retraite. Un amendement obtenu par le Parti québécois (PQ) permet toutefois aux deux parties d'avoir la possibilité de s'entendre sur une autre formule, pouvant atteindre un partage de 45 %-55 %.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.