•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du textile intelligent mis au point à l'Université Laval

Un reportage de Nicole Germain
Radio-Canada

Des textiles intelligents capables de capter des informations biomédicales ou de géolocalisation sur les personnes qui les portent ont été mis au point par des chercheurs de l'Université Laval.

L'équipe de la Faculté des sciences et de génie et du Centre d'optique, photonique et laser est parvenue à produire une fibre textile qui a la dimension d'un cheveu en superposant plusieurs couches de cuivre, de polymères, de verre et d'argent.

Cette percée technologique, dont les détails sont rapportés dans un article publié récemment dans la revue Sensors, pourrait déboucher d'ici quelques années sur une foule d'applications destinées aux personnes souffrant de maladies chroniques, aux personnes âgées vivant seules ou même aux pompiers et aux policiers en service.

L'un des chercheurs de l'Université Laval, Jeff Viens explique que les utilisations de ces textiles intelligents sont multiples.

La fibre est étirée pour prendre la dimension d'un cheveu.La fibre est étirée pour prendre la dimension d'un cheveu. Photo : Radio-Canada

« On parle ici d'applications médicales, mais il pourrait éventuellement y avoir des applications de senseurs de chute. Des personnes âgées qui chutent à la maison et qui se blessent, le textile pourrait détecter cette chute et envoyer l'information de la chute à une ambulance ou à un docteur », précise-t-il.

La fibre textile est résistante et malléable et peut être tissée avec de la laine ou du coton. De plus, la qualité du signal qu'elle produit est comparable à celle d'antennes commerciales.

Une demande de brevet a déjà été déposée pour cette technologie, dont quelques éléments doivent encore être améliorés d'ici deux ans avant d'en envisager la commercialisation. Il faudra ainsi la relier à un réseau sans fil et régler la question de l'alimentation électrique.

Les chercheurs veulent aussi s'assurer que le textile est lavable et qu'il résiste aux produits contenus dans les détergents.

Québec

Science