•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d'envoi de la grande guignolée des médias au Québec

Le reportage d'Anne-Louise Despatie
Radio-Canada

La grande guignolée des médias a commencé jeudi dans plusieurs régions du Québec. À Montréal, de nombreuses activités ont eu lieu devant la Maison de Radio-Canada.

Depuis tôt ce matin, employés, comédiens et animateurs se sont relayés sur le boulevard René-Lévesque afin de recueillir des denrées non périssables et des dons en argent qui seront remis à des organismes caritatifs qui aident les plus démunis. Cette année, les porte-parole de l'événement sont Emmanuel Bilodeau, Virginie Coossa, Joannie Rochette, Ima, Maxim Martin, Caroline Néron, Rémi-Pierre Paquin, Marie-Chantal Perron et Jason-Roy Léveillé.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est déplacé pour l'occasion, afin de tenter de compter quelques buts dans un filet gardé par le chroniqueur sportif Jean-Patrick Balleux.

À 16 h 30 à Montréal, 1004 sacs d'épicerie et 197 287 $ avaient été amassés. L'an dernier, à la même heure, 1597 sacs et 143 745 $ avaient été récoltés, selon les organisateurs. L'objectif cette année est de récolter au moins 300 000 $ et 3000 sacs d'épicerie.

Denis Coderre tente de compter un but dans un filet gardé par le chroniqueur Jean-Patrick Balleux.Denis Coderre tente de compter un but dans un filet gardé par le chroniqueur Jean-Patrick Balleux. Photo : Radio-Canada

M. Coderre a souligné l'importance d'être généreux en cette journée spéciale, mais également tout au long de l'année.

Il y a toujours des hauts et des bas. Il faut continuer à combattre la pauvreté pour ne pas que ça devienne chronique.

Denis Coderre

De grands besoins 

Dany Michaud, directeur général de Moisson MontréalDany Michaud, directeur général de Moisson Montréal

Quant à Dany Michaud, directeur général de Moisson Montréal, il a rappelé que les dons recueillis lors du temps des Fêtes sont d'une importance cruciale pour la bonne marche de l'organisme tout le reste de l'année.

« Chez nous, 80 % de notre budget est fait lors de la période des Fêtes. À Moisson Montréal, on aide plus de 140 000 personnes tous les mois à longueur année. Par-dessus ça, durant la période des Fêtes, on ajoute 35 000 repas de Noël et 15 000 paniers de Noël », a-t-il dit.

M. Michaud a indiqué que Moisson Montréal fournit notamment de l'aide alimentaire à plus de 40 000 enfants, « deux fois le Centre Bell », et a demandé de faire un effort particulier pour aider les parents des très jeunes enfants en donnant des couches, du lait maternisé et des petits pots pour bébés, des produits « excessivement dispendieux ».

M. Michaud a tenu également à souligner que « le visage de la faim change ».

Au premier rang de l'aide alimentaire, on parle des personnes sur l'aide sociale. Au deuxième rang, par contre, c'est les travailleurs à faibles revenus. Au troisième rang les personnes âgées et au quatrième rang l'itinérance.

Dany Michaud

Le directeur général de la Société Saint-Vincent de Paul de Montréal, Bertrand Castonguay, a noté lui aussi que les travailleurs gagnant de faibles salaires sont de plus en plus touchés par la pauvreté, notamment les soutiens de familles monoparentales. Il a appelé à la générosité de tous.

Avec tout ce qu'on va collecter, on va être en mesure d'aider au-delà de 16 000 personnes à Montréal. Il ne faut pas oublier que Montréal c'est un endroit où il y a quasi 1 habitant sur 4 qui est sous le seuil de la pauvreté.

Bertrand Castonguay

Jusqu'au 24 décembre

Les dons seront aussi acceptés jusqu'au 24 décembre dans les succursales des partenaires de La grande guignolée des médias : le Groupe Jean Coutu, Loblaws, Maxi, Maxi & Compagnie et Provigo. C'est d'ailleurs 45 000 $ en denrées que le groupe Loblaw a accordés à la guignolée cette année.

En 2013, à Montréal, la collecte extérieure de la grande guignolée avait permis de récolter 281 182,31 $ et l'équivalent de 2878 sacs d'épicerie. Ces dons étaient en baisse par rapport à l'année précédente.

Avec les informations de La Presse canadienne

Abitibi–Témiscamingue

Société