•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme Barette : les amendements bien accueillis au CHU et à l'Institut de cardiologie

Les directions du CHU et de l'Institut universitaire de cardiologue et de pneumologie de Québec satisfaites des amendements apportés à la Loi 10
Les directions du CHU et de l'Institut universitaire de cardiologue et de pneumologie de Québec satisfaites des amendements apportés à la Loi 10 Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les directions du CHU et de l'Institut universitaire de cardiologue et de pneumologie de Québec sont satisfaites des amendements apportés au projet de réforme du réseau de santé du ministre Gaétan Barrette.

Même si la région passe de 13 à 3 établissements, le CHU et l'ancien hôpital Laval demeurent indépendants. Les deux établissements devaient au départ faire partie du futur Centre intégré universitaire en santé et services sociaux, mais ce ne sera pas le cas.

Ce troisième établissement de santé réunira entre autres le Centre jeunesse de Québec et les Centres de santé et de services sociaux.

La présidente du conseil d'administration de l'Institut de cardiologie, Madeleine Nadeau explique qu'il était primordial pour l'institution de conserver son autonomie.

« On a travaillé dans la perspective, de comment renforcer la région de Québec. [...] L'institut a déjà une reconnaissance à l'international. Toute altération à cette autonomie de gouvernance ne pouvait que nuire à la région de Québec », a-t-elle dit en conférence de presse mercredi.

Le CHU craignait également les conséquences d'une nouvelle fusion deux ans seulement après le regroupement du Cenre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) et du Centre hospitalier affilier (CHA).

Gaétan Barrette a annoncé lundi qu'il ne reviendra pas sur sa décision de s'octroyer le pouvoir de nommer les membres des conseils d'administration et les PDG des établissements de santé.

Le Centre hospitalier universitaire de Québec, l'Institut de cardiologie de Québec et l'Institut Pinel auront, par ailleurs, leurs propres conseils d'administration.

Le projet du ministre Barette prévoit l'abolition d'un palier administratif, celui actuellement constitué par les 18 agences de santé et de services sociaux de la province.

Le texte sur les modifications ne devrait pas être adopté avant les Fêtes.

Québec

Santé