•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des politiciens se souviennent avec émotion de leur rencontre avec Jean Béliveau

Hall of Famer Jean Beliveau was named the 20th captain of the Canadiens in 1961. Accolades are pouring in, not only for his extreme talent as a player, but for being a "class act" and " true gentleman".

Photo : Paul Chiasson/Canadian Pres

Radio-Canada
Mis à jour le 

Tristesse, émotion mais, surtout, quantité de souvenirs heureux : voilà tout ce que la mort de Jean Béliveau éveille dans le monde politique au Canada.

De toutes parts, les réactions affluent. Dans sa province natale, le Québec, l'Assemblée nationale a adopté une motion pour rendre hommage à Jean Béliveau, une motion reconnaissant « le départ d'une légende dont la contribution au développement du sport et de la société québécoise a été immense ».

Décédé à l'âge de 83 ans, Jean Béliveau laisse à tous ceux qu'il a croisés durant sa fructueuse carrière de très beaux souvenirs.

Et nombreux sont les membres de la classe politique à l'avoir côtoyé, de près ou de loin. Ainsi, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, se souvient d'avoir sollicité un autographe au grand joueur de hockey. Il n'avait alors que 13 ans et Jean Béliveau lui est apparu plus grand que nature. Le futur premier ministre s'attendait à n'obtenir que peu d'attention du célèbre joueur de hockey; mais non! Ce dernier s'est prêté de bonne grâce à l'exercice.

« Comme je l'ai dit de Maurice Richard, il y a de nos grands sportifs qui sont plus que des sportifs pour les Québécois. Maurice Richard l'était pour une raison en lien avec notre affirmation comme peuple au Québec, Jean Béliveau l'était également pour la belle image qu'il nous renvoyait de nous-mêmes », a déclaré M. Couillard. « Un grand sportif qui avait une qualité de langue extraordinaire. Un homme distingué, c'est comme ça que je le définirais. »

Je pense que l'ensemble des Québécois a du chagrin aujourd'hui même si, avec l'âge, on savait que ça devait arriver. C'est une grosse perte pour le Québec.

Philippe Couillard

Des funérailles nationales le 10 décembre

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a annoncé que Jean Béliveau aura droit à des funérailles nationales. Le gouvernement a discuté avec la famille Béliveau, qui a accepté cet honneur.

En accord avec la famille Béliveau, le Canadien de Montréal annonce que les funérailles de Jean Béliveau auront lieu le mercredi 10 décembre, à compter de 14 h, à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, située sur le boulevard René-Lévesque, à l'angle de la rue Mansfield, à Montréal.

M. Béliveau reposera en chapelle ardente au Centre Bell, dimanche et lundi prochains, de 10 h à 18 h. Les personnes désirant lui rendre hommage sont invitées à se présenter à l'entrée principale de l'amphithéâtre.

Dès aujourd'hui, les hommages ont commencé en l'honneur du légendaire capitaine. Les joueurs du Canadien ont arboré le numéro 4 sur leur casque pendant le match qui les opposait au Wild du Minnesota, en soirée.

De plus, le bronze de M. Béliveau sera disposé devant l'entrée principale du Centre Bell, à compter d'aujourd'hui, et ce, jusqu'à samedi.

Le public est également invité à exprimer sa sympathie sur le site Internet du Canadien. Il est aussi possible de faire un don à la Fondation des Canadiens pour l'enfance, dans laquelle M. Béliveau s'est beaucoup investi.

À l'Assemblée nationale, les responsables du protocole ont demandé que les drapeaux québécois soient placés en berne sur les édifices gouvernementaux provinciaux.

Stéphane Bédard, chef de l'opposition officielle et leader par intérim du Parti québécois (PQ) a rappelé que M. Béliveau avait été fait Grand Officier de l'Ordre national du Québec, Compagnon de l'Ordre du Canada et qu'il était titulaire de nombreux doctorats honorifiques délivrés par des universités de partout au Canada.

« Malgré la rudesse du hockey professionnel, Jean Béliveau a toujours su se démarquer comme un gentleman qui suscitait le respect et, à la fois, la détermination et la fierté », a déclaré Stéphane Bédard.

Le chef de la deuxième opposition, François Legault, de la Coalition avenir Québec (CAQ), a salué la mémoire « d'un géant, dans tous les sens du terme ». Il a rappelé que les gens de sa génération avaient tous grandi avec lui, en regardant les matchs du samedi soir alors que le capitaine était Jean Béliveau.

« Je me rappellerai toute ma vie de la visite de Jean Béliveau, chez nous, à Sainte-Anne-de-Bellevue. J'étais à l'époque dans un corps de clairons et de tambours et on avait appris la chanson Et voilà le gros Bill. »

Quant à Manon Massé, qui a parlé au nom de Québec solidaire, elle s'est remémoré le jour où l'équipe de ringuette d'élite dont elle faisait alors partie avait disputé un match au Forum de Montréal avec nul autre que Jean Béliveau pour faire le lancer de départ : « Je me souviens de sa fierté à voir des femmes jouer dans le Forum ».

Jean « Gros Bill » Béliveau

Du leadership, bien au-delà de la patinoire

Le premier ministre canadien Stephen Harper éprouve de la « tristesse » et ajoute que Jean Béliveau « était une véritable légende et un Grand » :« Affectueusement surnommé « le Gros Bill », M. Béliveau était tout simplement l'un des joueurs les plus talentueux et les plus courtois de l'histoire de ce sport.

Ses habiletés bien connues à titre de joueur de centre – y compris son coup de patin et son incroyable maniement du bâton – n'ont peut-être été surpassées que par son esprit sportif à toute épreuve et son comportement exemplaire sur la patinoire comme à l'extérieur. »

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a salué la légende qu'était M. Béliveau. Justin Trudeau est né en 1971, soit l'année où Jean Béliveau a pris sa retraite. Mais en tant que fils aîné du premier ministre du Canada, il a eu, enfant, l'occasion d'être présenté à des rois, des reines, des premiers ministres.

Mais jamais Pierre Trudeau n'a-t-il été aussi fier que le jour où il l'a présenté à Jean Béliveau, se souvient en souriant Justin Trudeau : « Monsieur Béliveau représentait le meilleur de ce que nous voulions être en tant que peuple, en tant que Québécois. » Et, de l'avis de Justin Trudeau, son leadership s'exerçait bien au-delà de la patinoire.

« Jean Béliveau était un homme extraordinaire, un athlète hors pair et quelqu'un qui a toujours su mener, tout en donnant l'exemple », a pour sa part déclaré Thomas Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Pour suivre en direct cet événement, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

À l'annonce du décès de Jean Béliveau, mardi en soirée, le maire de Montréal a décrété, sur Twitter, que le drapeau de Montréal sera mis en berne. Pour le maire Denis Coderre « c'est tout le Québec, le Canada et le monde du hockey qui est en deuil ce soir ».

Le maire Coderre souligne aussi que « Jean Béliveau était une inspiration pour tous, un modèle, il incarnait le don de soi, la générosité et l'excellence dans le respect et la dignité ».

La mairesse de Longueuil Caroline St-Hilaire a rappelé à l'antenne de RDI que Jean Béliveau était un citoyen de sa ville depuis plus de 50 ans. « Un grand ambassadeur que Longueuil perd. »

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Société