•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canadien pleure son ancien capitaine

Michel Chabot fait un survol des réactions
Radio-Canada

Tant la planète hockey que sportive a grandement réagi à la mort de Jean Béliveau, survenue mardi soir.

Le Canadien de Montréal, qui a annoncé le décès de son légendaire joueur de centre de 83 ans, pleure son ancien capitaine.

« Comme les millions d'amateurs de hockey qui ont suivi la vie et la carrière de ce grand homme, le Club de hockey Canadien pleure aujourd'hui le départ d'un homme dont la contribution au développement de notre sport et de notre société a été immense. M. Béliveau était un grand leader, un gentilhomme sans pareil et sans contredit le plus grand ambassadeur que le hockey ait connu. »

Tout en offrant ses condoléances aux proches, le Canadien a précisé avoir accepté, avec l'accord de la famille, de prendre en charge les cérémonies qui se dérouleront au cours des prochains jours.

Le CH a également a décidé de réinstaller la statue de Jean Béliveau devant le Centre Bell le temps du deuil. Les gens pourront donc rendre hommage au numéro 4. La statue avait été retirée de la Place du centenaire le temps des travaux pour la tour des Canadiens.

Sur la route avec sa troupe qui affrontera le Wild au Minnesota en soirée, le directeur général Marc Bergevin a déclaré : « Respect est le mot qui vient en tête lorsque vous parlez de Jean Béliveau. » Il a ajouté que oui, le CH jouera pour Jean Béliveau mercredi soir. D'ailleurs, une minute de silence sera observée avant le match.

Copropriétaire des Penguins de Pittsburgh, Mario Lemieux a estimé que le hockey avait perdu un grand ambassadeur.

Jacques Demers, qui a été l'entraîneur du CH de 1992 à 1996, n'oubliera jamais sa première rencontre avec le vice-président des relations publiques du Tricolore.

« Simplicité. Lorsque j'ai signé mon contrat avec le Canadien en 1992, quelques semaines plus tard, il me fait venir dans son bureau : "Bienvenue chez nous." J'étais timide moi, j'avais coaché à Détroit et St. Louis. Cette gêne s'est immédiatement dissipée. Je lui ai dit : "Merci Monsieur Béliveau." Il m'a dit : "C'est Jean!" »

Témoignage de Jacques Demers

Pour suivre en direct cet événement, cliquez ici.

Le commissaire de la LNH Gary Bettman a ajouté sa voix au flot de témoignages dans un communiqué.

« Apprécions ce qu'il nous a légué : un sport élevé par son caractère, sa dignité et sa classe. Aucun livre des records, aucune image, aucune statue ne peut témoigner de la grandeur du remarquable Jean Béliveau. Son élégance et son talent sur la glace lui ont valu l'admiration du monde du hockey, mais il a gagné le cœur de ses partisans par son humilité et son humanisme à l'extérieur de la patinoire », a écrit Bettman.

Guy Lapointe, qui a vu son chandail retirer au début novembre, s'est remémoré de bons souvenirs de l'homme à qui il n'a jamais osé jouer de tour. « Ça faisait une secousse qu'on signait des autographes et je commençais à moins m'appliquer. Il m'avait touché et m'avait dit : "Guy, ce sont des partisans, c'est important qu'ils sachent qui signe le chandail, il faut que ça soit lisible. Il faut que tu t'appliques." »

Longtemps associé à La soirée du hockey, et récent retraité de Radio-Canada, René Pothier a insisté d'abord sur les qualités de joueur de Jean Béliveau. « C'est peut-être un des plus grands joueurs de centre de l'histoire du hockey. Et sans contredit le meilleur joueur de centre de sa génération. »

Puis mettant l'accent sur les qualités de l'homme, René Pothier ajoute que Jean Béliveau « était un immense personnage, une immense autorité ».

L'ex-journaliste sportif René Pothier se souvient de Jean Béliveau

Le défenseur P.K. Subban a fait savoir « qu'il avait rencontré Jean Béliveau quand il avait 10 ans et que c'est à ce moment qu'il a su qu'il voulait jouer au hockey pour le Canadien ».

L'attaquant du CH Brandon Prust a qualifié Jean Béliveau « de véritable légende » en ajoutant qu'il « est honoré de porter les mêmes couleurs qui étaient celles jadis de Jean Béliveau ».

Carey Price, lui, a réagi après l'entraînement du CH au Minnesota.

Échangé aux Sabres de Buffalo l'été dernier, Josh Gorges n'a pas oublié son ancienne équipe. Jean Béliveau, « un modèle, une idole, une grande classe ».

Serge Savard, anicen coéquipier du numéro 4, décrit son capitaine comme « un des grands, sinon le plus grand de l'histoire du Canadien. Je ne crois pas qu'il y ait eu un personnage aussi grand chez le Canadien ».

Serge Savard se souvient de Jean Béliveau

Sur le site Internet de la LNH Wayne Gretzky a eu cette déclaration : « Ayant eu le bonheur de remporter la Coupe Stanley à quatre reprises dans ma carrière, il est sidérant de voir que Béliveau a accompli cet exploit pas moins de 10 fois en tant que joueur et 7 fois en tant que membre de la direction dans la même organisation. Je ne pense pas qu'il existe une autre personne dans une équipe de sport professionnel qui personnifie mieux le terme "gagnant". »

C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris le décès de Jean Béliveau, cette grande légende du hockey et un ami que je connaissais depuis plus de quarante ans. Jean était un véritable gentleman, une inspiration pour tous tant sur la patinoire qu'en dehors de celle-ci. Au nom de toute l'équipe du Comité olympique canadien, nos plus sincères condoléances à sa famille, à ses amis et à l'organisation des Canadiens de Montréal.

Marcel Aubut, président, Comité olympique canadien



Jean « Gros Bill » Béliveau

Hockey

Sports