•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin chronomètre ses consultations pour protester contre le projet de loi 20

Frédéric Simard, médecin

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un médecin de l'arrondissement de Jonquière, Frédéric Simard, a trouvé un moyen original de dénoncer le projet de loi 20 présenté vendredi dernier par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Le projet de loi prévoit que les médecins de famille affiliés à la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) devront assurer le suivi médical d'un nombre minimal de patients sous peine, sinon, de se voir infliger des sanctions salariales.

Depuis mardi matin, le Dr Simard démarre son chronomètre avant d'entamer les consultations avec ses patients. Quand l'alarme retentit, dix minutes après le début de la consultation, le médecin explique que le ministre Barrette veut augmenter la charge de travail pour les médecins de famille.

« Conscientiser la population que d'avoir trop de patients, ça allait limiter les temps et aussi de permettre aux patients de se rendre compte qu'en dix minutes, on ne peut pas régler bien des problèmes », explique Frédéric Simard.

Le Dr Simard voit actuellement 750 patients. Il se réserve entre 20 et 30 minutes pour chaque consultation. Il croit que les patients seraient pénalisés s'il augmentait la cadence.

Souvent les patients arrivent avec leur petite liste de problèmes. De dire écoute, je n'ai pas le temps de régler tout ça aujourd'hui, on manque à notre rôle de médecin de famille.

Frédéric Simard, médecin


Marie-Danielle Perron a vécu l'expérience d'une consultation limitée. Même si ce n'était que symbolique, elle a trouvé le délai de dix minutes très court.

« C'était pratiquement juste le temps d'expliquer la situation, affirme Marie-Danielle Perron. Je n'avais pas eu d'examen ou quoi que ce soit. »

Frédéric Simard prévoit poursuivre l'expérience pendant encore deux semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Santé