•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransCanada dit qu’elle n’abandonne pas Cacouna

Radio-Canada

« Est-ce qu'on abandonne aujourd'hui Cacouna? La réponse est non », affirme le porte-parole du projet Énergie Est de TransCanada, Tim Duboyce, en entrevue à Radio-Canada.

M. Duboyce reconnait que la compagnie a envisagé au départ d'autres sites au Québec pour établir son port dans le cadre de son projet de pipeline. Mais il assure que TransCanada n'est pas encore prête à complètement abandonner l'idée de bâtir son port à Cacouna, même si elle a indiqué avoir mis en veilleuse ses demandes de certificat dans la foulée d'un rapport du Comité sur la situation des espèces en péril du Canada (COSEPAC) qui signale que le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent est une espèce en voie de disparition.

Il y a plusieurs autres sites où on a fait une analyse technique. Maintenant, on a tranché, on a décidé que Cacouna, c'est le site privilégié pour ce projet. Là, il faut qu'on regarde la situation avec ce nouveau fait.

Tim Duboyce

Le porte-parole dit que TransCanada souhaite bien agir pour la suite des choses. « Je ne veux pas faire de déclaration aujourd'hui sur l'avenir. On n'a pas pris de décision encore », ajoute-t-il.

Tim Duboyce

Plus tôt aujourd'hui, le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, s'est dit confiant que TransCanada va collaborer » dans le cadre du processus d'évaluation environnementale du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Il tempère toutefois les ardeurs de ceux qui espèrent une évaluation rapidement du BAPE.

Là, on est à l'étape de la réception des études d'impact, on n'a pas encore tout reçu. Et une fois qu'on aura tout reçu, là, on va faire l'analyse, et après on va mandater le BAPE.

Le ministre David Heurtel

Le ministre a également assuré que si TransCanada désirait établir son port sur un autre site que Cacouna, la compagnie devrait faire une nouvelle demande de certificat d'autorisation.

Des huit sites étudiés au départ par TransCanada pour son projet de terminal au Québec, on compte notamment la Baie-des-Sables, où le maire Denis Santerre a refusé de confirmer ou d'infirmer s'il a déjà eu des contacts avec la compagnie.

Les autres sites que Cacouna envisagés par TransCanada au départ.Les autres sites que Cacouna envisagés par TransCanada au départ.

Est du Québec

Société