•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hommes cherchent leur place dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes

Des hommes impliqués dans la campagne du ruban blanc

Des hommes impliqués dans la campagne du ruban blanc

Photo : Vince Fedoroff / Whitehorse Daily Star

Radio-Canada

Dans le débat sur les agressions contre les femmes des dernières semaines, la question du rôle des hommes a été posée. Si des initiatives comme les rubans blancs ou des blogues existent déjà au pays, le Québec accuse un certain retard.

Un texte de Fannie Bussières-McNicollTwitterCourriel

Au Canada anglais, un nombre important d'hommes se sont mobilisés pour promouvoir le ruban blanc, une campagne créée en 1991, présente dans plus de 55 pays. En portant ce ruban, les hommes choisissent ainsi de « s'engager à ne jamais commettre, tolérer ou garder le silence sur la violence contre les femmes et les filles », peut-on lire sur le site de la campagne.

Au Québec, le symbole du ruban blanc a pris un sens différent. La campagne organisée par le Secrétariat à la condition féminine promeut la solidarité de tous dans la lutte contre la violence envers les femmes.

Outre ce symbole, les initiatives à l'échelle québécoise engagées par les hommes sont inexistantes, estime Marilyse Hamelin, porte-parole de l'Association féminine d'éducation et d'action sociale. Écoutez l'entrevue ci-dessous.

J'ai une collègue qui disait "J'ai déjà senti qu'au Québec, c'était plus sensible. Le féminisme, c'était que les femmes. C'est pas plus dogmatique, mais plus méfiant quant à l'apport des hommes".

Marilyse Hamelin

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Comment les hommes se mobilisent-ils contre la violence envers les femmes? Pour répondre à cette question, nous vous proposons une série de quatre reportages. Mercredi, le deuxième volet : l'éducation des jeunes.

Quel accueil pour les hommes?

Une des hypothèses pouvant expliquer l'absence des hommes dans le débat est le fait que ceux-ci ne se sentent pas toujours les bienvenus dans la lutte.

Selon Marine Dumaine, directrice chez l'organisme yukonnais Les EssentiElles, il faut s'efforcer d'accueillir tous les hommes dans la mobilisation. Son organisme collabore d'ailleurs au projet Mobiliser les hommes et les garçons yukonnais contre la violence faite aux femmesÉcoutez l'entrevue ci-dessous.

C'est une vision du féminisme qui est à changer que les femmes excluent les hommes.

Marine Dumaine

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Sensbiliser avant tout

Marilyse Hamelin ajoute que si les hommes non violents ne posent pas de geste pour faire concrètement évoluer la situation, c'est peut-être aussi parce qu'ils ne se sentent pas interpellés par la problématique.

Pourtant, selon des chiffres du gouvernement fédéral, une femme sur trois sera victime d'agression sexuelle au cours de sa vie.

Selon la porte-parole, la sensibilisation est la clé pour rallier tous les citoyens à la cause.

Un homme non violent ne se sent pas nécessairement concerné, mais il devrait. Parce qu'il peut poser des gestes pour contrer ou prévenir la violence. Mais ça, ce n'est pas évident à première vue, ça prend de la sensibilisation.

Marilyse Hamelin

Quand les hommes prennent la parole

L'implication des hommes peut influencer positivement les comportements de leurs pairs. Par exemple, Murphy Cooper a décidé de prendre la parole pour sensibiliser les adolescents à la problématique du viol. Avec son blogue, il vulgarise le sensible sujet du consentement.

Selon lui, il est évident que les garçons sont plus sensibles à un message livré par une figure masculine.

Les garçons vont être plus portés à écouter ce que les gars vont dire parce qu'aussitôt qu'une femme dit quelque chose, on rapporte ça à son sexe, au fait que c'est une folle, qu'elle est en détresse, etc.

Murphy Cooper

Quels gestes possibles pour les hommes?

Marine Dumaine énumère plusieurs pistes pour les hommes qui veulent lutter contre la violence envers les femmes, notamment :

  • Arborer le ruban blanc, symbole de la non-violence envers les femmes;
  • S'informer sur la problématique;
  • Remettre en question les blagues et le langage sexistes;
  • Apprendre à repérer le harcèlement sexuel autour de soi.
Polytechnique, je me souviens

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société