•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

John Tory devient maire de Toronto

John Tory
John Tory succède à Rob Ford

L'ex-chef conservateur ontarien John Tory est devenu officiellement cet après-midi le soixante-cinquième maire de l'histoire de Toronto.

Une mère de famille et victime innocente d'une fusillade, Louise Russo, a été son invitée d'honneur à l'hôtel de ville.

Je sais à quel point John Tory se préoccupe de notre ville et de nos jeunes, les leaders de demain.

Louise Russo, victime de violence armée

L'ancien premier ministre provincial Bill Davis était aussi présent à la cérémonie d'assermentation du nouveau conseil municipal.

M. Tory explique qu'il a choisi l'ex-chef conservateur comme invité, parce qu'il a toujours été un « mentor » pour lui. Quant à Louise Russo, il s'est « lié d'amitié » avec elle au fil des années. Il l'a qualifiée de « héros », elle qui doit se déplacer en fauteuil roulant depuis qu'elle a été atteinte à la colonne vertébrale par une balle perdue lors d'un règlement de comptes entre mafiosi, en 2004. Elle a fondé un organisme, soutenu par le maire, qui milite contre la violence armée.

En 2010, l'assermentation de Rob Ford comme maire avait soulevé la controverse après que son invité d'honneur, Don Cherry, eut insulté ses opposants.

M. Ford, atteint d'un cancer, a été assermenté aujourd'hui comme conseiller municipal. Le maire Tory l'a remercié aujourd'hui, en plus de lui souhaiter un prompt rétablissement.

À écouter : Quel genre de maire sera John Tory? L'analyse du politologue Fuyuki Kurasawa, de l'Université York de Toronto

Le nouveau maire est entré en poste officiellement hier, un peu plus d'un mois après son élection. Ses priorités : le transport en commun, l'emploi, le logement social et un retour au « calme », après la saga Ford.

Radio-Canada l'a interviewé :

  • Un homme « fade » : « Je pense que les gens sont prêts pour une approche fade, si ça veut dire un meilleur service de transport en commun, plus d'emplois... »
  • A dit non à Jimmy Kimmel : « Je ne suis pas dans le show-business. » (L'ex-maire Rob Ford avait été l'invité de l'humoriste américain.)
  • Avoir des priorités : « En affaires comme en politique, on ne peut pas avoir plus de 3, 4 priorités à la fois. Quand on en a cent, c'est comme si on n'en avait pas du tout. »
  • Collaborer avec le Québec : « Denis Coderre a été le premier à m'appeler après ma victoire [en octobre]. En tant que maire de la plus grosse ville au pays, je peux ajouter ma voix [à celle des autres maires], pour qu'on fasse front commun [afin d'obtenir plus de financement d'Ottawa]. »
  • Aide du fédéral : « Le gouvernement fédéral a une grosse responsabilité, parce que 80 % des Canadiens habitent dans une ville. »
  • Transport du pétrole par rails : « Les Torontois ont le droit de savoir ce qui est transporté en plein cœur de leur ville. Je pense qu'il faut aller plus loin et démarrer des discussions avec Ottawa et l'industrie ferroviaire pour trouver des façons d'empêcher le transport [par rails] de produits dangereux dans notre ville. »
  • Comment mesurer son succès? « [D'ici quatre ans], je veux que [mon plan de transport en commun] soit bien avancé, au niveau de la planification et de la construction. » 

Le conciliateur

Le nouveau maire de Toronto, John Tory, est tout sourire, en compagnie de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne.Le nouveau maire de Toronto, John Tory, est tout sourire, en compagnie de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne. Photo : PC / Chris Young

L'ex-chef conservateur John Tory a rencontré hier matin la première ministre de l'Ontario, la libérale Kathleen Wynne, avec qui il a discuté notamment de SmartTrack.

Le mégaprojet prévoit l'ajout, d'ici sept ans, de 53 kilomètres de métro en surface.

M. Tory espère convaincre les gouvernements provincial et fédéral de financer les deux tiers du plan de 8 milliards de dollars.

Le nouveau maire tente par ailleurs d'éviter les divisions au sein du conseil municipal en nommant des conseillers de la droite et de la gauche dans son équipe.

Ontario

Affaires municipales