•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Son fils tué par un policier de la SQ, elle témoigne

    Stéphanie Thorne

    Radio-Canada

    La mère du jeune garçon de cinq ans mort dans un accident de voiture impliquant un policier de la Sûreté du Québec à Longueuil brise le silence neuf mois après la tragédie, dans une entrevue exclusive accordée à Radio-Canada. 

    Aucune accusation criminelle ne sera portée contre le conducteur de 29 ans. La mère de l'enfant, Stéphanie Thorne, l'a appris il y a environ deux semaines. La nouvelle l'a terrassée, a-t-elle confié à notre journaliste Tamara Alteresco.

    J'ai pleuré. J'étais gelée. J'avais des noeuds dans l'estomac. C'est quelque chose qu'aucune mère ne veut entendre. Les derniers neuf mois étaient tellement difficiles. De ne rien savoir. Et tu te fais dire qu'il [le policier] ne sera pas accusé, mais mon fils est parti.

    Stéphanie Thorne

    À quelle vitesse roulait le policier qui a frappé la voiture de son mari? Cette question a hanté Stéphanie Thorne durant les neuf mois qu'a duré l'enquête. Elle ne se doutait pas que le voiture circulait aussi vite que 122 km/h. 

    « C'est tellement injuste »

    Nicolas Thorne-BelanceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Nicolas Thorne-Belance

    Photo : Famille de Nicolas Thorne-Belance

    Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a mis en cause une manoeuvre du père pour expliquer sa décision de ne porter aucune accusation contre le policier.

    « Je trouve ça tellement injuste, dit Mme Thorne . Mon mari a tourné sur une lumière verte. Oui, ce n'était pas une lumière à priorité clignotante, mais c'était une lumière verte. On a le droit de tourner sur une lumière verte. » Elle estime qu'il était impossible pour lui de juger de la vitesse de la voiture de police qui roulait sans gyrophares. 

    Le DPCP n'explique généralement pas publiquement ses décisions, mais il a choisi de le faire au regard de l'indignation qu'a soulevée le dossier au sein de la population, et même chez la classe politique. 

    Quelqu'un doit prendre la responsabilité, et ce n'est pas mon mari

    Stéphanie Thorne

    Le témoignage d’une mère : reportage de Tamara Altéresco

    Stéphanie Thorne a décidé d'accorder une entrevue à Radio-Canada pour donner une voix à sa famille, explique-t-elle.

    « Je parle pour mon mari, qui est incapable. Mon mari est sans mots présentement. Il est perdu dans le processus. Et je veux parler pour mon fils [qui dirait] "arrêtez de pointer les doigts à mon père". »

    Maintenant que la ministre de la Justice a ordonné un nouvel examen indépendant de l'affaire, Stéphanie Thorne attend les conclusions. Mais sa confiance dans le système judiciaire est ébranlée. Et son deuil est loin d'être fait. 

    Société