•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancienne reine du music-hall Muriel Millard est décédée

Biographie de Muriel Millard : reportage de Louise Lafontaine
Radio-Canada

L'ancienne reine du music-hall québécois Muriel Millard, qui a animé de folles soirées de cabaret, est décédée dimanche soir à Montréal. Elle aurait eu 92 ans mercredi.

On a surnommé Muriel Millard « miss music-hall » après qu'elle eut animé l'émission du même nom sur les ondes de Radio-Canada. Elle était une artiste multidisciplinaire : comédie, chanson, peinture, danse, écriture.

Dans les années 40, 50 et 60, Muriel Millard était la reine du music-hall québécois. S'inspirant des grandes vedettes de son époque, comme Mistinguett et Joséphine Baker, elle a donné de l'éclat aux variétés d'ici. Elle a séduit des milliers de spectateurs du Mocambo, du Caprice ou du Café de l'Est avec ses spectacles à grand déploiement. 

Elle restera aussi dans la mémoire collective du Québec comme l'auteure des célèbres paroles de la chanson Dans nos vieilles maisons, entonnée dans des milliers de foyers aux réveillons du Nouvel An et toujours populaire aujourd'hui.

Dans un studio de télévision en 1972, la chanteuse Muriel Millard entourée d'une troupe de danseurs.Dans un studio de télévision en 1972, la chanteuse Muriel Millard entourée d'une troupe de danseurs. Photo : ICI Radio-Canada / Francis J. Menten

Muriel Millard naît le 3 décembre 1922 à Montréal. À 13 ans, elle remporte un concours musical qui lancera sa carrière. Elle chante sur la scène du Théâtre National avec les vedettes de l'heure du burlesque et du music-hall, dont Manda, et sera plus tard des tournées de Jean Grimaldi dans tout le Canada français et jusqu'en Nouvelle-Angleterre.

Elle sera ensuite omniprésente à la radio à CKAC, à CKVL et même à Radio-Canada, avec Les joyeux troubadours et dans les cabarets du Québec. Elle chantera aussi sur les planches ailleurs dans le monde : New York, Argentine, Nevada.

En 1969, elle quitte la scène se consacrer à sa famille, puis à la peinture. Elle n'y reviendra que de façon épisodique. Le succès, populaire et instantané, lui a permis de vivre de son art, un phénomène rare chez les peintres québécois.

Quelques réactions

La ministre de la Culture et des Communications, Hélène David a réagi sur Twitter.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a réagi par voie de communiqué au décès de l'artiste. « Voici qu'aujourd'hui, nous perdons une grande Montréalaise, une reine du music-hall québécois et une artiste multidisciplinaire accomplie. Son legs à notre métropole culturelle est considérable. Elle était aimée et adulée du public montréalais qui l'a consacrée, entre autres, reine de la radio en 1950 et meilleure chanteuse populaire au Gala de la radio-télévision montréalaise en 1960 et en 1961. Mes pensées se tournent vers ses proches et tous les Montréalais qu'elle a touchés au cours de sa vie en raison de ses multiples et incomparables talents ».

Avec les informations de La Presse canadienne

Musique

Arts