•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier départ pour le train de l'Est entre Mascouche et Montréal

Le train de l'Est de l'AMT reliera dorénavant Mascouche à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'attente aura été longue pour les citoyens de l'est de l'île de Montréal, mais c'est ce matin que le train de l'Est s'est mis en marche.

Le premier train a quitté la gare de Mascouche à 5 h 40.

« Venez l'essayer! », a lancé le ministre des Transports et de la région de Montréal, Robert Poëti, en vantant le confort du train « tout neuf ». « Le futur, c'est aujourd'hui, a poursuivi le ministre. Nous avons maintenant une solution de rechange à l'automobile. »

Un aller simple Mascouche-Montréal à bord du train de l'Est coûte 8,50 $, mais les deux premiers jours sont offerts gratuitement aux usagers. Ceux-ci doivent  préalablement s'inscrire sur le site web de l'AMT pour recevoir leur billet.

Au total, 16 départs seront offerts tous les jours de semaine sur cette ligne, qui sera fermée pendant les week-ends.

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) estime que le service enregistrera 11 000 passages quotidiens d'ici cinq ans.

Constatant que plusieurs wagons sont déjà bien remplis à son départ de Mascouche, le ministre Poëti a mentionné qu'il sera possible d'ajouter des wagons si la popularité du train le nécessite. M. Poëti a précisé que l'AMT allait évaluer la situation au cours du premier mois afin de s'ajuster à l'achalandage.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, était également ravi de la mise en service du train de banlieue. « Ce train, c'est l'avenir!, a déclaré M. Coderre. Ça démontre qu'on a un cocktail de transport tant au niveau de la périphérie qu'au niveau de Montréal », a-t-il affirmé.

« On veut avoir une vision intégrée entre la périphérie et le centre. Ça, c'est déjà un pas de géant », a poursuivi M. Coderre, qui dit travailler à d'autres projets pour offrir un large éventail de moyens de transport afin de favoriser la mobilité de la population dans la grande région montréalaise.

Le train de l’Est, c’est parti : reportage de Jean-Sébastien Cloutier

Une ligne qu'on n'espérait plus

Les habitants de Mascouche, de Terrebonne, de Repentigny et de l'est de Montréal attendaient ce moment depuis 20 ans. La promesse de la mise en place d'une ligne de train entre Mascouche et le centre-ville de Montréal remonte aux années 1980.

La nouvelle ligne, longue de 53 kilomètres, compte pour l'instant 10 gares, dont celle de Mascouche, inaugurée le 9 septembre dernier. Deux autres stations, celles de Sauvé et de Pointe-aux-Trembles, devraient voir le jour en 2015. « Les deux stations seront prêtes en 2015, mais nous ne pouvions pas retarder l'entrée en service du train pour attendre ces deux stations », a expliqué M. Poëti.

Le projet du train de l'Est a connu de nombreux ratés au fil des ans. L'Agence métropolitaine de transport n'avait pas constitué de réserves foncières sur les terrains qui allaient accueillir les futures gares. La spéculation a donc fait gonfler la valeur des propriétés achetées par l'AMT.

D'abord évalué à 300 millions de dollars par le gouvernement libéral de Jean Charest en 2006, le coût du train de l'Est a plus que doublé au fil des ans. Actuellement, l'AMT chiffre officiellement le projet à 671 millions de dollars, coût auquel s'ajoute une réserve de risques de 90 millions.

Autopsie du dépassement de coûts

Le projet qui a été annoncé en 2006 devait être terminé trois ans plus tard et coûter 300 millions de dollars. Il aura finalement mis plus de huit ans à être réalisé et aura coûté plus du double du montant prévu. Parmi les raisons expliquant cet écart important : 

  • Coût de départ irréaliste, jumelé à des études trop superficielles, de l'avis de plusieurs;
  • Hausse du prix des terrains devant accueillir les futures gares. L'AMT n'avait pas imposé de réserves foncières, ce qui a entraîné de la spéculation;
  • 18 demandes faites du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement pour ajuster le projet, notamment en ajoutant un mur de protection de 30 millions de dollars sur le terrain d'une entreprise où sont entreposées des munitions;
  • Demandes faites par le Canadien National et des municipalités pour ajuster le projet;
  • Multitude d'acteurs impliqués.

En 2011, le gouvernement de Jean Charest a même suspendu tout appel d'offres touchant le projet pendant six mois et ordonné d'en réduire l'ampleur devant l'explosion des coûts d’environ 40 millions de dollars. Une réduction qui a notamment conduit à l'abandon d'une gare à Charlemagne. L'ancien président de l'AMT Joël Gauthier a démissionné dans la foulée de ces changements et Québec a mis sur pied un comité de gérance du projet pour mieux gérer la suite des choses.

Le train de l'Est est le plus important projet de transport en commun à voir le jour dans la région de Montréal depuis l'inauguration du métro de Laval en 2007.

Avec Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Société