•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donner une deuxième vie au polystyrène

Des pièces de styromousse
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aucune ville québécoise ne recycle le polystyrène. Sherbrooke ne fait pas exception. Toutefois, une solution existe pour lui donner une deuxième vie grâce à une entreprise de Granby.

Ce polystyrène, mieux connu sous le nom de styromousse, se recycle, mais pas encore dans le bac à recyclage.

Pour qu'une matière se retrouve dans le bac, il faut qu'il y ait un marché de revalorisation bien établi. Ce n'est pas le cas pour l'instant pour le polystyrène. C'est un marché qui se développe. Un jour peut-être que le citoyen pourra le mettre dans son bac, mais pour l'instant, la ville offre le service par le biais de ses écocentres.

François Beauchesne, vice-président aux ventes de Polyform

Grâce à l'entreprise Polyform de Granby, les écocentres de Sherbrooke valorisent en moyenne annuellement entre 5000 à 6000 kilos de polystyrène.

« Il faut informer les gens, informer les jeunes dans les écoles, ajoute François Beauchesne. C'est des choses qu'on a commencé à faire aussi. Que les gens comprennent que oui les mousses, c'est recyclabe et récupérable. Qu'on est capable d'avoir un modèle viable et non pas payant. »

D'après le reportage d'Émilie Richard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !