•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier de Vancouver suspendu pendant six jours, sans salaire

Une capture d'écran de la vidéo montrant l'agent Taylor Robinson en train de pousser Sandy Davidsen au sol, en juin 2010, dans le Downtown Eastside de Vancouver.

Une capture d'écran de la vidéo montrant l'agent Taylor Robinson en train de pousser Sandy Davidsen au sol, en juin 2010, dans le Downtown Eastside de Vancouver.

Photo : B.C. Civil Liberties Association

Radio-Canada

Un agent de la police de Vancouver, Taylor Robinson, a écopé de six jours de suspension sans salaire pour avoir renverser une femme handicapée qui marchait sur un trottoir du quartier Downtown Eastside en juin 2010. Les avocats de la plaignante Sandy Davidsen sont déçus de la sanction disciplinaire, qu'ils estiment insuffisante.

Alors que l'avocat de l'officier Taylor requérait une sanction de deux jours de suspension, l'arbitre Wally Oppal a jugé que la peine n'était pas suffisamment sévère pour les faits d'abus de confiance et de négligence professionnelle reprochés au policier.

Toutefois, les avocats de l'organisme Pivot Legal Society qui représentent Sandy Davidsen sont insatisfaits du verdict. Maître DJ Larkin estime que « six jours, ce n'est pas assez pour agir comme moyen de dissuasion pour d'autres policiers. Ici, Robinson a agi d'une manière que l'arbitre a trouvée violente, sans cœur, imprudente, une violation de la confiance publique. On pense que ça vaut une discipline plus sévère pour dissuader d'autres policiers d'agir ainsi ».

Par ailleurs, Pivot Legal Society aurait souhaité que l'arbitre Wally Oppal dresse des recommandations en ce qui concerne les interventions de la police dans le Downtown Eastside.

« On est très désappointés que l'arbitre n'ait pas saisi l'occasion de revoir le système de mentorat dans le Downtown Eastside. On sait qu'il y a des problèmes avec la formation des policiers dans ce quartier. À notre avis, les enquêtes publiques devraient étudier les problèmes systémiques comme celui-ci. Quand on a des questions de formation qui risquent de provoquer des actes violents contre des personnes vulnérables, c'est important de faire des recommandations pour que ces actions ne se reproduisent pas », a avancé l'avocate.

Faits indéniables

L'incident remonte au 9 juin 2010. Sandy Davidsen marchait alors en direction de trois agents de police, dont Taylor Robinson, lorsque celui-ci l'a poussé par terre. Sandy Davidsen est handicapée, souffrant de paralysie cérébrale et de sclérose en plaques.

Personne ne conteste les faits qui ont été filmés par une caméra de surveillance située près d'un hôtel. On y voit clairement que l'agent Robinson n'a pas essayé d'aider la femme.

Les images avaient choqué autant la police de Vancouver que l'opinion publique. Bien que l'officier ait suivi un programme spécial en résolution de conflit, l'affaire s'est retrouvée en cour provinciale.

Même si Wally Oppal a qualifié les agissements de l'officier Robinson d'« insensibles », il lui a reconnu des facteurs atténuants. Selon lui, Taylor Robinson n'était en fonction que depuis six mois au moment de l'incident. De plus, le policier a exprimé des remords.

Colombie-Britannique et Yukon

Société