•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lucy, 3,2 millions d'années dont 40 de célébrité

Représentation de Lucy

Photo : Getty Images / Tim Boyle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a 40 ans, une équipe de chercheurs mettait au jour un fossile vieux de 3,2 millions d'années dans la région de l'Afar, en Éthiopie. Ce fossile allait devenir un personnage célèbre dans le monde entier : Lucy.

Un texte de Yanick Villedieu, TwitterCourriel animateur des Années lumière

Fin novembre 1974. La trentaine de chercheurs de l'expédition paléontologique américano-franco-éthiopienne découvre un squelette de préhumain relativement complet. On trouvera 40 % des ossements de cet individu, ce qui est remarquable pour un fossile aussi ancien.

Officiellement appelé AL-288 (pour Afar, localité numéro 288), ce fossile sera bientôt appelé Lucy, en hommage à la chanson des Beatles, Lucy in the Sky with Diamonds, qu'on écoutait alors sur le champ de fouilles.

Le paléontologue Yves Coppens est un des codécouvreurs de Lucy. Il se souvient de la découverte.

« On a prospecté et on a tamisé au moins 15 jours. »

— Une citation de  Yves Coppens

Pour écouter cette le paléoanthropologue Yves Coppens sur votre mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Les ossements de LucyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Getty Images / Dave Einsel

Une femme

Avec les os de son bassin, on découvrira qu'il s'agissait d'une femme. Et qu'on identifiera plus tard comme une australopithèque, d'une espèce qu'on appellera Australopithecus afarensis (parce que découverte dans la région de l'Afar).

Pourquoi Lucy est-elle devenue aussi célèbre? Le choix de son prénom y est sans doute pour quelque chose - on pourrait dire que ce fut une excellente intuition de marketing. Mais surtout, Lucy était une pièce majeure du puzzle de nos origines. Avant elle, notre arbre généalogique n'intéressait que des spécialistes. Avec elle, le public a commencé de s'y intéresser.

Tout de suite, on a vu en elle notre ancêtre directe, notre lointaine arrière-grand-mère. Et comme son squelette était assez complet, on a pu reconstituer l'allure de cette petite femme (elle faisait moins d'un mètre vingt de haut), on a pu la donner à voir.

« Pour les signatures de livres, je vois des gens défiler et certains me dire "Je m'appelle Lucy, c'est grâce à vous". »

— Une citation de  Yves Coppens

Pour écouter cette le paléoanthropologue Yves Coppens sur votre mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

LucyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Getty Images / Dave Einsel

Des connaissances qui ont évolué depuis

Quarante ans après la découverte de Lucy, que sait-on aujourd'hui de nos origines? D'abord, que Lucy n'est pas notre ancêtre directe, qu'elle appartient à une espèce d'australopithèque parmi plusieurs. Ensuite, que l'évolution vers le genre humain ne s'est pas faite en ligne droite : l'homme qui descend du singe comme le singe descend de l'arbre, c'est simpliste.

L'évolution s'est faite en buisson, ou en « bouquet » dit Yves Coppens. Les espèces ont pris une multitude de directions, d'embranchements, selon les conditions environnementales et climatiques, et cela à l'échelle de plusieurs millions d'années.

Le genre Homo, lui, est apparu il y a près de 3 millions d'années, et s'est décliné en plusieurs espèces : habilis, ergaster, neandertalensis, floresiensis, et la nôtre, Homo sapiens. Toutes ces espèces sont des bipèdes vrais, dotés de gros cerveaux, et qui fabriquent des outils.

Voici donc sapiens présenté par Yves Coppens :

Pour écouter cette le paléoanthropologue Yves Coppens sur votre mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

La version intégrale de l'interview du codécouvreur de Lucy, le paléontologue Yves Coppens, a été diffusée dimanche aux Années lumière  sur ICI Radio-Canada Première.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !