•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Survivre à la guerre

Au Canada, un militaire sur cinq revenu d’Afghanistan souffre d'un trouble de stress post traumatique.

Au Canada, un militaire sur cinq revenu d’Afghanistan souffre d'un trouble de stress post traumatique.

Photo : iStock / JOHNGOMEZPIX

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un rapport rendu public cette semaine, le vérificateur général du Canada a souligné à quel point il était long et complexe pour les anciens combattants d'avoir accès à des soins de santé mentale.

Actuellement, dix cliniques pour traumatismes liés au stress opérationnel (TSO) offrent du soutien aux vétérans canadiens, dont une dans des locaux de l'hôpital de Chicoutimi.

Depuis février 2012, les anciens combattants et leurs proches peuvent avoir accès par vidéoconférences à des professionnels comme des psychologues et des psychiatres situés à la Clinique TSO du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ).

« Quand on vit de l'anxiété, des crises de panique, on n'a pas toujours le goût d'aller à l'extérieur pour avoir des soins », soutient l'infirmière Céline Tremblay de la Clinique TSO de Chicoutimi

Tout juste avant le dépôt du vérificateur général, Ottawa a injecté 200 millions de dollars sur cinq ans pour aider les vétérans aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Une partie de l'argent servira à ouvrir une clinique à Halifax en 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !