•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Soeurs de la Charité tournent une page de leur histoire

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les soeurs ont éccouté une dernière fois l'orgue de leur chapelle

Les soeurs ont éccouté une dernière fois l'orgue de leur chapelle

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après 165 ans, les Sœurs de la Charité de Québec quittent aujourd'hui leur sanctuaire situé dans le Vieux-Québec. Leur propriété a été vendue à la Fondation Famille Jules-Dallaire, qui s'est engagée à poursuivre les oeuvres de la communauté religieuse.

Les Sœurs de la Charité de Québec disent quitter leur résidence avec peu de bagages, mais la tête pleine de souvenirs.

« Cette année, avec toutes les belles fêtes pour souligner le 165e anniversaire de la communauté [...], on a fêté nos bénévoles, on a fêté nos employés, on a fêté les 100 ans de l'ordre puis on a eu notre dernière messe », se remémore sœur Céline Gagnon.

Les religieuses laissent en héritage une œuvre centenaire. Pendant un siècle, les Soeurs de la Charité de Québec ont offert la soupe populaire à des milliers de personnes.

Le volet caritatif de la communauté religieuse survivra par le biais de la Fondation Famille Jules-Dallaire.

« C'est lourd en émotions, mais ce sont de belles émotions. Le fait qu'on poursuive leurs œuvres, ça atténue beaucoup la peine », dit la directrice adjointe de la Fondation Famille Jules-Dallaire, Nathalie Bédard.

En plus de la soupe populaire, les nouveaux bienfaiteurs développeront le service d'hébergement.

« Il y a le volet où l'on accueille aussi les étudiants. On va augmenter à plus de 100 étudiants, surtout des étudiants qui viennent de loin », souligne Michel Dallaire, vice-président de la Fondation. Ce dernier dit également espérer faire la différence dans l'intégration des plus défavorisés et des immigrants qui arrivent au pays.

Les dernières religieuses des Soeurs de la Charité de Québec qui habitaient le sanctuaire du Vieux-Québec iront rejoindre leurs consœurs à la Maison généralice de Beauport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !