•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentat au Métropolis : Bain veut être remis en liberté

Bain veut être remis en liberté : reportage d’Isabelle Richer
Radio-Canada

Richard Henry Bain, l'auteur présumé de l'attentat survenu au Métropolis, a déposé en Cour supérieure du Québec une requête pour sa remise en liberté.

Lors de la présentation de la preuve devant le tribunal par l'enquêteur principal dans cette affaire, aujourd'hui, on a notamment appris que le jour de la fusillade, le 4 septembre 2012, M. Bain était à Montréal, alors qu'il habite La Conception, dans les Laurentides.

Il a notamment rendu visite à une personne à l'Hôpital Royal Victoria et s'est informé de l'endroit où se trouvait le Métropolis.

Pendant la journée, des caméras de surveillance ont enregistré des images de son véhicule qui circulait autour de la salle de spectacle où devaient se réunir les militants péquistes en soirée. On retrouvera le véhicule garé derrière le Métropolis.

Richard Henry Bain aurait suivi à la radio les résultats de la soirée électorale. Et c'est à 23 h 45 qu'il est sorti de son véhicule, armé, et qu'il s'est dirigé vers l'une des entrées de service, à l'arrière du bâtiment.

On a également appris que Richard Bain avait en sa possession, outre un fusil semi-automatique, un chargeur de 30 balles contenant 26 balles. Il avait aussi un contenant d'essence et une fusée routière.

Il avait aussi un pistolet qu'il aurait pointé en direction du sergent Stéphane Champagne. Cette arme s'est toutefois enrayée quand il a tenté de tirer sur l'agent, qui a alors pu l'arrêter.

Lors d'une perquisition à son domicile dans les Laurentides, la police a saisi une vingtaine d'armes, toutes enregistrées à son nom, mais aussi une perceuse, qui a servi à modifier le chargeur de son fusil.

La Couronne a également déposé un enregistrement trouvé sur la page Facebook de l'accusé quelques mois après les événements. «  I went there so that Marois would not be able to give her speech or to have her celebration party » (Je suis allé là pour que Marois ne soit pas capable de faire son discours ou de fêter sa victoire), peut-on ainsi entendre.

Richard Henry Bain, qui se représente lui-même, seul, prétend qu'il est bipolaire et soutient qu'en raison de sa médication, il ne garde aucun souvenir des événements et, en fait, n'arrive pas à y croire.

« Je n'ai aucun souvenir de cette tragédie. Aucun. (...) J'étais médicamenté. Mon médecin le sait. Et j'en ai trop pris », a plaidé Bain.

L'accusé dit avoir compris la gravité de la situation après avoir été interrogé par les policiers.

« L'interrogatoire était seulement 33 heures après les événements (...) Je leur ai dit ''Pardon? Il y a un pauvre homme qui est mort et un autre blessé?''

Il a témoigné en pleurant à l'occasion.

M. Bain fait face à 16 chefs d'accusation, dont meurtre prémédité et tentative de meurtre lors de la fusillade du Métropolis de Montréal, où les troupes péquistes célébraient leur victoire électorale le soir du 4 septembre 2012.

Un technicien de scène, Denis Blanchette, a été tué, et son collègue, David Courage, a été grièvement blessé.

De plus, Blain fait l'objet d'accusations de possession d'armes à feu et autres, liées à l'incendie qui a éclaté derrière la salle de spectacle ce soir-là.

Avec les informations d'Isabelle Richer

Justice et faits divers