•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il s'inquiéter de l'état des finances du Québec?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, affirme que les finances du Québec sont les plus désastreuses au pays. Est-ce que la situation est vraiment aussi catastrophique qu'il le dit?

Un texte de Caroline BelleyCourriel

Vérification faite : à court terme, non. Mais si rien n'est fait, à long terme, oui.

Selon des experts consultés, la dette brute se situe à environ 198 milliards de dollars. Cette somme astronomique n'est pas un bon indicateur pour apprécier l'état réel des finances de la province parce qu'elle ne tient pas compte des actifs du gouvernement. C'est un peu comme si une famille ne tenait pas compte de la valeur de sa maison.

Pour obtenir un portrait plus juste, il faut regarder la dette engendrée par les déficits cumulés au fil des années, c'est-à-dire le total des dépenses courantes qui vont au-delà des revenus du gouvernement.

Pour voir le tableau sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

En 2012-2013, cette dette cumulée représentait 118 milliards de dollars pour le gouvernement du Québec, ce qui est bien moindre que la dette brute de 198 milliards de dollars.

Pour voir le tableau sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Ces 118 milliards, qui ont servi à payer l'épicerie, représentent 33 % du produit intérieur brut (PIB) de la province, soit le même niveau qu'en 2006-2007.

Au classement des provinces canadiennes, le Québec affiche le plus haut ratio d'endettement. L'Ontario suit de près.

Pour voir le tableau sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Épreuves des faits

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.