•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé et le bien-être des hommes mis de l’avant à Alma

Le forum sur la santé et le bien-être des hommes

La santé et le bien-être des hommes mis de l’avant à Alma

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 150 personnes se sont mobilisées à l'occasion du forum régional sur la santé et le bien-être des hommes qui s'est tenu à Alma, mercredi.

Les participants au forum proviennent d'organisations communautaires, publiques et privées. Ils se sont réunis autour d'une même table pour tenter d'aider davantage les hommes en détresse.

Ils s'interrogent sur la réalité de cette clientèle et se demandent pourquoi les hommes tardent à demander de l'aide.

« Lorsqu'un homme demande de l'aide, c'est souvent pour des situations de crise où est-ce que là, ça ne va plus du tout, explique le coordonnateur de l'organisme Le Cran, Jasmin Tremblay. C'est pour ça que c'est important d'avoir une offre de service complète. »

« C'est important de se créer une tribune pour regarder ensemble, ajoute le coordonnateur du Centre de prévention du suicide 02, Laurent Garneau. Se donner une vision commune en lien avec les réalités, les besoins des hommes et après ça, de questionner nos pratiques toujours dans une perspective d'amélioration de mieux travailler ensemble. »

D'ailleurs, la région a entériné, l'hiver dernier, une entente spécifique unique au Québec en matière de santé et bien-être des hommes.
Cette clientèle serait surreprésentée pour un grand nombre de problèmes tels que le suicide, la toxicomanie et les comportements à risque.

« Les hommes qui ont des idées suicidaires demandent très peu d'aide, rappelle le directeur général du Centre de prévention du suicide 02, André Houle. C'est vrai en violence, c'est vrai pour des problèmes de toxicomanie, de drogue et ainsi de suite. L'homme est moins enclin à demander des services. On veut comprendre pourquoi, de quelle façon on peut réussir à les motiver à aller chercher de l'aide avant qu'ils soient à risque. »

Les besoins sont différents d'une municipalité régionale de comté (MRC) à l'autre.

« Les transports, les maisons d'hébergement pour hommes qui sont en situation de rupture amoureuse où cette personne-là doit quitter la maison où peut-elle aller pour qu'elle soit en sécurité et qu'est-ce qui va pouvoir permettre de le relancer », mentionne Jasmin Tremblay.

Le forum régional permettra de mettre en place un plan stratégique pour les cinq prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !