•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés de l'Université Laval contre les compressions

Les employés dénoncent les compressions de 42 millions de dollars

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pendant que les employés municipaux ont tenu une journée de mobilisation contre le projet de loi 3 sur les régimes de retraite mercredi, des employés de l'Université Laval ont manifesté contre les compressions imposées par le gouvernement Couillard.

Plusieurs centaines de manifestants, des membres du Syndicat des auxiliaires administratifs de recherches et d'enseignement de l'Université Laval appuyés des autres syndicats de l'Université, se sont rassemblés sur le campus mercredi midi.

Les employés dénoncent les compressions de 42 millions de dollars imposées par le gouvernement libéral à l'Université. Les membres du Syndicat des auxiliaires administratifs de recherches et d'enseignement affirment être les premiers touchés par ces compressions en raison de la précarité de leur emploi, souligne le président du Syndicat, Charles-Alexandre Bélisle.

Charles-Alexandre Bélisle, président du Syndicat des auxiliaires administrateurs de recherche et d'enseignement à l'Université LavalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Charles-Alexandre Bélisle, président du Syndicat des auxiliaires administrateurs de recherche et d'enseignement à l'Université Laval

Photo : Radio-Canada

« Il faut dénoncer les compressions qu'on vit dans l'éducation supérieure présentement. C'est important pour nous, ça a un impact sur la qualité de l'enseignement à l'Université Laval », dit-il.

Plus tôt en journée, une cinquantaine d'employés ont bloqué deux entrées au campus dans le cadre de leur journée de grève. L'accès à l'Université Laval a été bloqué sur le chemin Sainte-Foy à l'heure de pointe et la circulation était difficile dans ce secteur.

M. Bélisle défend les moyens de pression exercés même s'ils ont pu causer certains désagréments.

« Il y a toujours des gens qui sont mécontents quand il y a une grève et ça touche tout le monde, mais on pense que le fait de bloquer une entrée du campus, ça a beaucoup moins de répercussions que toutes les politiques d'austérité du gouvernement libéral qui est en train de déconstruire complètement le Québec présentement », soutient M. Bélisle.

Les manifestants promettent qu'ils feront de nouveau entendre leur opposition aux mesures d'austérité du gouvernement Couillard lors de la grande manifestation prévue samedi devant l'Assemblée nationale.

Rappelons que le gouvernement libéral impose des compressions de centaines de millions de dollars au réseau universitaire québécois cette année. L'Université Laval doit retrancher 42 millions au budget de l'année en cours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !