•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-animateur de CBC Jian Ghomeshi, accusé d'agression sexuelle, plaidera non coupable

Jian Ghomeshi

Jian Ghomeshi à sa sortie de la cour.

Photo : Sébastien St-François

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ex-animateur de CBC, Jian Ghomeshi, est sorti l'air impassible du palais de justice à Toronto, encerclé par une meute de journalistes, après avoir été libéré sous caution.

Son avocate, Marie Henein, a indiqué dans une brève allocution aux journalistes que son client allait plaider non coupable.

Plus tôt aujourd'hui, Jian Ghomeshi a été accusé de quatre chefs d'agression sexuelle. Il est aussi accusé d'avoir vaincu la résistance par l'étouffement, c'est-à-dire, d'avoir empêché quelqu'un de résister à un acte criminel en l'étranglant.

Le montant pour sa libération a été fixé à 100 000$. 

Jian Ghomeshi devra également résider avec sa mère et ne pourra pas se rendre à l'extérieur de l'Ontario. Son passeport a d'ailleurs été saisi par les autorités.

Jian Ghomeshi ne s'est pas adressé aux médias à sa sortie du palais de justice. Il s'est rendu à la police de Toronto plus tôt ce matin, vers 8 h. On a appris aujourd'hui qu'il était resté en Ontario ces dernières semaines. 

La salle de cour près du centre-ville de Toronto était bondée et bien des journalistes n'ont pas pu y entrer. Un interdit de publication empêche certaines informations d'être rendues publiques. 

L'homme de 47 ans a toujours affirmé que ces rapports étaient consensuels.

Hier, Jian Ghomeshi a retiré sa poursuite de 55 M$ contre Radio-Canada. Il a été congédié, le mois dernier, et avait accusé le diffuseur public d'abus de confiance et de diffamation.

Jian Ghomeshi accusé : analyse de Célina St-François

Le chef de la police invite les victimes à porter plainte

Lors d'une courte conférence de presse, le chef de la police de Toronto, Bill Blair, a dit qu'il n'allait pas commenter l'arrestation de Jian Ghomeshi parce que l'affaire était maintenant devant les tribunaux. 

Il a toutefois encouragé les victimes d'agressions sexuelles à porter plainte. Bill Blair a assuré qu'elles seraient traitées dans le respect et la dignité. 

Le mois dernier, nous avons assisté à un changement majeur dans la conversation à propos de la violence faite aux femmes. Ce fut une période accablante et douloureuse pour beaucoup de gens, y compris pour moi, mais aussi très inspirante. J'espère que les victimes vont continuer de se faire entendre et que ceci marque le début d'un changement, qui est si désespérément nécessaire.

Une citation de :Lucy Decoutere, victime présumée de Jian Ghomeshi

Allégations de violence sexuelle

Depuis que Jian Ghomeshi a été congédié, neuf femmes ont accusé l'ex-animateur de les avoir agressées lors de relations intimes. La police de Toronto avait ouvert une enquête criminelle sur Jian Ghomeshi après que trois femmes eurent porté plainte contre lui, le 31 octobre dernier.

Sur Facebook, l'ex-animateur vedette a affirmé qu'il avait « l'intention de se battre directement contre les allégations » dont il fait l'objet, mais qu'il ne compte pas « discuter davantage de la question dans les médias ».

CBC/Radio-Canada a retenu les services de l'avocate torontoise spécialisée en droit du travail Janice Rubin pour enquêter sur les allégations formulées contre Jian Ghomeshi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario