•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation syndicale au Québec contre la réforme des régimes de retraite

Des employés municipaux de Montréal manifestent devant l'hôtel de ville.

Des employés municipaux de Montréal manifestent devant l'hôtel de ville.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz/PC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelque 5000 employés de 25 municipalités étaient en grève de 24 heures, mercredi, pour exprimer leur opposition au projet de loi 3 de Québec sur la réforme des régimes de retraite. Des perturbations ont eu lieu dans la grande région de Montréal, à Québec, à Sherbrooke, à Gatineau, dans l'Est du Québec, en Mauricie et en Abitibi.

À Montréal, le coup d'éclat a été l'œuvre de pompiers, qui ont bloqué les accès du port de Montréal dès 6 h. Le blocus a toutefois été de courte durée, puisque l'escouade antiémeute est intervenue pour libérer l'entrée du port. 

Quelque 1950 employés municipaux, sur les 28 000 que compte la Ville, ont pris part à la journée de grève et de manifestations, baptisée « grand dérangement » par le milieu syndical. 

Des dizaines de manifestants se sont massés devant des bureaux administratifs, mais aussi autour de l'hôtel de ville, où des élus qui voulaient y accéder ont été chahutés et bousculés. Ils ont dû être escortés par des policiers.

D'autres syndiqués ont bruyamment manifesté à la station de métro Montmorency à Laval, avant de se diriger vers une autre destination du réseau de la Société de transport de Montréal (STM).

Le moyen de pression des syndiqués qui risque d'avoir été le plus populaire de cette journée de perturbation est l'accès gratuit au transport en commun. Des employés de la STM ont laissé le libre accès à certaines stations de métro et certains autobus de Montréal.

Pour suivre en direct sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Ailleurs dans la province

À Laval, la grève de quelque 800 cols blancs a forcé la fermeture de la plupart des établissements de la Ville, dont la bibliothèque municipale. Les services essentiels sont toutefois assurés par les employés.

Vers 15 h, la Ville a envoyé une mise en demeure à ses 500 cols bleus, qui n'ont pas le droit de débrayer, pour avoir respecté les piquets de grève établis par les cols blancs en matinée. Certains employés de voirie, notamment, ne se sont pas présentés au travail. 

À Québec, les cols blancs et les cols bleus de la Ville viennent de renouveler leur convention collective et ne pouvaient donc pas manifester, mais plusieurs lieux ont été touchés.

Une centaine d'employés municipaux syndiqués s'étaient notamment regroupés devant l'hôtel de ville de Québec un peu avant 11 h. Munis de pancartes portant les inscriptions « Libre négo », ils ont tapissé d'autocollants l'horloge du Jura avant de quitter les lieux à bord d'autobus réservés pour leur journée de manifestation.

Les manifestations ont par ailleurs eu des impacts en matinée sur la circulation, qui a été ralentie sur le réseau routier. Les travaux de l'amphithéâtre ont été également perturbés.

Quel avenir pour nos retraites?  Consultez notre dossier.
Des manifestants dans les rues de Gatineau pour dénoncer les réformes des retraites.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants dans les rues de Gatineau pour dénoncer les réformes des retraites.

Photo : Patrick Pilon

À Gatineau, les syndiqués ont plutôt retenu l'appellation « grande cassure », qui symbolise le climat tendu entre les syndicats et la partie patronale. Des véhicules du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) ont d'ailleurs été recouverts d'autocollants sur lesquels on peut lire cette expression.

Des rassemblements ont eu lieu dès 7 h devant des édifices municipaux du chemin Eardley, des rues Charles et d'Edmonton, ainsi que du boulevard Saint-René Est.

À Sherbrooke, les employés d'Hydro-Sherbrooke étaient les seuls employés de la Ville à être en grève pour 24 heures. Des cols bleus sont partis du garage municipal vers 6 h 30 et sont passés devant l'hôtel de ville dans un concert de klaxons en allant au travail. À midi, des cols blancs ont manifesté devant l'hôtel de ville, et les pompiers et policiers ont mené une activité de visibilité dans la journée.

À Drummondville, une trentaine de cols blancs se sont rassemblés devant l'hôtel de ville à midi pour dénoncer le projet de réforme des régimes de retraite, qui vient, selon eux, « leur arracher des acquis durement gagnés. » La manifestation s'est déroulée dans le calme.

Les cols bleus de Saguenay ont choisi de ne pas franchir les piquets de grève érigés mercredi matin aux abords des édifices municipaux par les cols blancs qui tiennent un débrayage de 24 heures. Les employés municipaux de Saguenay,d' Alma et de Saint-Félicien ont participé au « grand dérangement ».

Les syndicalistes ne désarment pas

Le porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, Marc Ranger, précise que le « grand dérangement » ne vise pas la population. « Oui, c'est un grand dérangement. On n'est pas là pour aller prendre le thé avec les gens. Mais on va le faire de façon civilisée et correcte. On a des droits et on va les exercer », a-t-il rappelé.

Les cibles de cette opération, ce sont les administrations municipales, et le gouvernement qui se donne des mandats actuellement qu'on ne lui a jamais donnés en campagne électorale. Oui, les actions de demain vont déranger. Mais, en même temps, on va le faire dans un cadre légal. 

Une citation de :Le porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, Marc Ranger,

Les employés en grève peuvent manifester comme ils le veulent, alors que les employés municipaux qui ont des conventions signées devront manifester pendant leur heure de repas ou en dehors des heures de travail.

Le recours à la grève est un dernier recours, souligne M. Ranger, en précisant que le gouvernement entend adopter le projet de loi 3 la semaine prochaine. Il croit qu'il n'est pas trop tard pour tenter d'infléchir le gouvernement, qui n'a pas la légitimité pour imposer une telle loi, selon lui. 

S'ils [les libéraux] avaient eu le courage en campagne électorale d'annoncer la moitié de ce qu'ils sont en train de faire, ils seraient assis sur la deuxième banquette d'opposition.

Une citation de :Marc Ranger
Des manifestants bloquent une entrée à l'hôtel de ville de Montréal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants bloquent une entrée à l'hôtel de ville de Montréal.

« Ce qui choque les gens, c'est que les élus provinciaux ne sont pas prêts à s'administrer la même médecine qu'ils nous appliquent, alors qu'on est en train de régler les problèmes de nos régimes de retraite », déplore M. Ranger. Il souligne que les élus québécois n'appliqueront pas à leur propre régime de retraite ce qu'ils imposent aux employés municipaux. « Le partage des déficits passés, il ne sera pas question pour eux de le partager, alors que leur déficit est 20 fois plus important », dénonce M. Ranger.

Le porte-parole de la coalition dénonce également la commission de révision des programmes de l'ancienne ministre Lucienne Robillard. « Dans le fond, c'est une très mauvaise pièce de théâtre, commente-t-il. Ce sont d'anciens libéraux qui font des recommandations à un gouvernement libéral. » Il déplore que les compressions de 1,3 milliard de dollars proposées se feront « sur le dos des employés municipaux », puisque le gouvernement québécois entend accorder le droit de lock-out aux municipalités.

C'est grave ce qui est en train de se passer au Québec. On est en train de renier tous nos droits en négociation.

Une citation de :Marc Ranger
La police de Gatineau se prépare au grand dérangement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La police de Gatineau se prépare au grand dérangement.

Photo : Marie-Lou St-Onge/Radio-Canada

Québec maintient le cap sur l'équilibre budgétaire

De son côté, le gouvernement ne montre aucun signe qu'il pourrait revenir sur ses intentions. Il maintient le cap sur l'atteinte de l'équilibre budgétaire en 2015-2016.

La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, dénonce les moyens de pression utilisés par les syndiqués et estime qu'ils se mettront ainsi la population à dos. « Ils vont arriver en retard et peut-être perdre une heure ou deux de salaire, avance Mme Thériault. Ces gens-là n'ont pas de fonds de pension. »

À partir du moment où on empêche des gens de travailler parce qu'on veut avoir un meilleur fonds de pension, je trouve ça ordinaire.

Une citation de :Lise Thériault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !