•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coffre-fort virtuel : « le maire a menti à la population », dit l'opposition

Paul Shoiry

Paul Shoiry

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'opposition à l'Hôtel de Ville de Québec soutient que le projet de coffre-fort virtuel mis de l'avant par l'administration Labeaume est un échec retentissant. Elle affirme que le maire « a menti à la population » en faisant valoir que le géant français des télécommunications Orange était derrière le projet.

En point de presse, mardi matin, les conseillers de Démocratie Québec ont affirmé que le Groupe Orange n'avait aucunement l'intention de s'installer à Québec tel que l'a fait miroiter le maire Labeaume.

En septembre 2013, l'administration Labeaume et l'entreprise française Almerys, filiale du Groupe Orange, ont annoncé l'intention de l'entreprise d'investir 34,5 millions de dollars pour construire un « bunker » de données numériques à Québec, un immeuble hautement sécurisé qui logerait notamment les serveurs de données privées de la clientèle du coffre-fort virtuel. La création d'une trentaine d'emplois de haut niveau avait été évoquée.

Or, le chef de l'opposition, Paul Shoiry, a dévoilé une lettre écrite par la direction du Groupe Orange qui met fin à ces espoirs. « On a la preuve qu'Orange n'a aucun intérêt dans la ville de Québec, n'investira pas un sou dans la ville de Québec, n'a aucun projet de bunker en Amérique du Nord. »

« Notre filiale Almerys ne participe pas au projet de coffre-fort virtuel pour la Ville de Québec. Le Groupe Orange ne prévoit pas non plus de construire une infrastructure de « bunker » sécurisée dans la ville de Québec, ni d'y établir son siège social pour l'Amérique du Nord. »

— Une citation de  Directeur général adjoint du Groupe Orange dans une lettre adressée au conseiller Paul Shoiry

Paul Shoiry estime que le maire Régis Labeaume a trompé la population en évoquant de nombreuses fois la construction, par la firme Almerys, d'un complexe pour abriter les données numériques à Québec.

« Quand vous êtes maire d'une ville et que vous vendez un projet de 2,4 millions de dollars sous la prémisse qu'il y a un géant des télécommunications derrière ce projet et vous l'affirmez des dizaines de fois et vous l'écrivez dans les communiqués et vous ne prenez pas la peine de vérifier si ce que vous dites est vrai, soit vous mentez, soit vous êtes incompétent », déclare Paul Shoiry.

L'opposition dénonce un gaspillage d'argent jusqu'à présent de 1,5 million de dollars dans le projet qui ne rallie pour l'instant que 900 citoyens, comparativement aux 30 000 adhérents souhaités d'ici 2017.

Démocratie Québec demande au maire Labeaume de renoncer au projet « farfelu » et « inutile » de coffre-fort virtuel.

Réaction du maire

En fin de journée, le cabinet du maire a réagi. Son attaché de presse, Paul-Christian Nolin, soutient que Régis Labeaume n'a jamais affirmé que le projet de « bunker » allait être construit par le groupe Orange. Il affirme également être en négociation avec Almérys pour des projets futurs dans la région.

La lettre adressée à Paul Shoiry par le directeur général adjoint du Groupe Orange

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !