•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le transport des personnes handicapées touché par les compressions

Un reportage de Jean-François Nadeau
Radio-Canada

La politique d'austérité du gouvernement Couillard a des conséquences sur le Service de transport adapté de la capitale (STAC) qui assure les déplacements des personnes handicapées ou à mobilité réduite.

Alors que la demande pour le transport adapté augmente, le STAC devra faire face cette année à un manque à gagner de plus d'un demi-million de dollars, déplore Jacques Demers, directeur général du Service de transport adapté de la capitale.

« On est à peu près dans un financement qui est plus à hauteur de 69 % des besoins réels, alors que le cadre financier stipule que toute la croissance est financée. Le résultat, c'est qu'il manque pas mal d'argent en bout de piste », dit-il.

En 2013, le transporteur qui effectue plus 3500 déplacements par jour dans la capitale a connu une hausse d'achalandage de 5 %.

Jusqu'à maintenant, l'impact des hausses était entièrement assumé par le ministère des Transports. Toutefois, la direction du STAC a appris il y a quelques mois que dorénavant, les hausses ne seraient plus financées qu'en partie. Pour 2013 et 2014, le manque à gagner s'élève à plus de 800 000 $. 

La Ville de Québec a épongé le manque à gagner de 485 000 $ pour 2013. Toutefois, cette capacité de payer pourrait diminuer puisque le gouvernement Couillard impose aussi des compressions aux municipalités.

« S'il arrive qu'on n'est pas capable de répondre à toute la demande, on peut penser que des gens seront pénalisés », soulève M. Demers.

Services essentiels

Marie-France Trudel, conseillère municipale et présidente du Service de transport adapté de la capitaleMarie-France Trudel, conseillère municipale et présidente du Service de transport adapté de la capitale

Marie-France Trudel, conseillère municipale et présidente du Service de transport adapté de la capitale, soutient qu'une réduction de services n'est pas envisageable.

« C'est incroyable. C'est un désengagement qui est inacceptable pour moi, c'est sûr. Nous, comme société de transport, qui serait-on pour décider que tel ou tel type de personne, qu'on ne les déplacerait plus? »

Pour plusieurs usagers, réduire les services du transport adapté équivaudrait à réduire leur autonomie.

« Je l'utilise tous les jours, parce que je travaille aussi. Je le prends 7 jours sur 7, quand ce n'est pas compter l'épicerie. J'ai besoin du transport adapté, sinon, je ne pourrais pas fonctionner », soutient Irina Gagnon, abonnée au service.

La Ville et le transporteur réclament un meilleur financement au MTQ pour le transport des personnes handicapées.

Le ministre des Transports n'a pas émis de commentaire.

D'après les informations de Jean-François Nadeau

Québec

Société