•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Penetanguishene : des francophones en colère

Des Fransaskois ont accepté de partager leurs réflexions à l'occasion de la fête des Mères.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le transfert des patients de l'unité des soins palliatifs de l'Hôpital général de Penetanguishene a débuté lundi, malgré le mécontentement des francophones de la région.

Ces patients seront désormais hébergés au campus principal de l'Hôpital de la baie Georgienne, à Midland.

L'établissement de Penetanguishene, qui est partiellement désigné pour offrir des services en français, doit fermer ses portes en 2016. L'Ontario qualifie la mesure de nécessaire pour rééquilibrer son budget, mais les francophones de la région la dénonce car ils craignent de ne plus avoir accès à des soins palliatifs dans leur langue maternelle.

Transfert d'un partient de l'Hôpital général de Penetanguishene vers un hôpital de MidlandAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Transfert d'un partient de l'Hôpital général de Penetanguishene vers un hôpital de Midland, le 24 novembre 2014.

Photo : Stéphane Blais

Lorsque la province veut fermer un hôpital ou révoquer son statut d'hôpital désigné en vertu de la Loi sur les services en français, elle doit tenir une consultation publique. Les citoyens de Penetanguishene allèguent qu'une telle consultation n'a pas eu lieu. 

Le Commissariat aux services en français de l'Ontario a ouvert une enquête.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario