•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’accusation à Ferguson : échauffourées après la décision du grand jury

Radio-Canada

Des manifestations ont eu lieu à Ferguson et dans d'autres villes américaines après la décision du grand jury de ne pas porter d'accusation contre le policier blanc qui a abattu l'adolescent noir Michael Brown à Ferguson, au Missouri, en août dernier.

Des manifestations ont eu lieu à Ferguson et dans d'autres villes américaines après la décision du grand jury de ne pas porter d'accusation contre le policier blanc qui a abattu l'adolescent noir Michael Brown à Ferguson, au Missouri, en août dernier.

Le procureur du comté de St. Louis, Bob McCulloch, qui a annoncé le verdict lundi soir, a affirmé n'avoir aucun regret d'avoir présenté cette affaire devant un grand jury, assurant que l'enquête avait été exhaustive. Le grand jury était composé de 12 hommes et femmes, dont 9 personnes blanches et 3 noires.

Les jurés, a-t-il dit, « ont estimé qu'il n'existait pas de raison suffisante pour engager des poursuites contre l'agent [Darren] Wilson ».

Bob McCulloch a affirmé que les membres du grand jury avaient été « les seules personnes qui ont entendu tous les témoins ». Le procureur a déclaré que plusieurs témoins avaient fait des déclarations contradictoires, qui étaient incompatibles avec certaines preuves matérielles.

Pour suivre la situation en direct sur mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)


Le procureur McCulloch n'a pas dit si la décision avait été unanime, rappelant que les réunions des grands jurys étaient secrètes. Il aurait fallu neuf voix pour une inculpation.

L'enquête fédérale ouverte après la fusillade se poursuit. Le procureur général des États-Unis, Eric Holder, a rappelé dans un communiqué que les enquêteurs du département de la Justice n'avaient pour l'instant pas encore conclu.

La famille de Michael Brown a réagi, par l'entremise de son avocat, à la décision. Elle s'est dite « profondément déçue » que le meurtrier de leur enfant ne soit pas confronté « aux conséquences de ses actes ». Elle donnera un point de presse mardi. La famille du jeune homme a toujours la possibilité de poursuivre le policier au civil.

La famille a néanmoins lancé un appel au calme, demandant « respectueusement que les manifestations restent paisibles ». Elle a ajouté que répondre à la violence par la violence « n'est pas une réaction appropriée ». Les appels au calme n'ont cependant pas été entendus.

Les avocats de Darren Wilson, qui évite les caméras depuis la fusillade, ont dit qu'il avait suivi la procédure quand il a tué le jeune Michael Brown. « Nous comprenons que de nombreuses personnes veuillent remettre en cause la décision du grand jury. Nous encourageons toute personne voulant exprimer son opinion à le faire de manière pacifique et respectueuse », lit-on dans un communiqué.

Des centaines de personnes dans la rue

Des manifestants font face aux policiers devant le service de police de Ferguson, au Missouri, après que le grand jury eut annoncé sa décision de ne pas porter d'accusation contre Darren Wilson.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants font face aux policiers devant le service de police de Ferguson, au Missouri, après que le grand jury eut annoncé sa décision de ne pas porter d'accusation contre Darren Wilson.

Photo : Jim Young / Reuters

Au cours de la soirée, des centaines de manifestants ont envahi la rue devant le poste de police de Ferguson. La police antiémeute a fait face aux manifestants pour protéger l'édifice. « Pas de justice, pas de paix », ont clamé les manifestants.

Selon les images qui sont parvenues de Ferguson, la situation s'est ensuite dégradée. La police a confirmé que des coups de feu avaient été tirés près du poste de police. Des fusées éclairantes et du gaz lacrymogène ont été lancés par les policiers pour disperser les manifestants.

En milieu nuit, les forces de l'ordre signalaient plusieurs incendies et des actes de pillages dans les commerces de Ferguson.

Des manifestations se sont également tenues dans d'autres villes américaines comme New York, Washington, Chicago, Seattle, Los Angeles ou encore Denver. Les forces de l'ordre de partout au pays sont en état d'alerte.

Obama appelle au calme

De son côté, en réaction à la décision du grand jury, le président Barack Obama a appelé les Américains à respecter le souhait des parents du défunt Michael Brown de manifester de façon pacifique, quel que soit leur sentiment par rapport à la décision du grand jury.

Le président américain a affirmé que son gouvernement avait l'intention de déployer d'importants efforts afin de bâtir de meilleures relations entre les corps policiers du pays et la population.

Le président a tenu à souligner les importants progrès accomplis par le pays dans ses relations interraciales depuis des décennies, mais insisté sur le fait que des tensions, bien réelles et fondées dans les faits, existaient encore.

Le président a rappelé enfin aux policiers qu'il était de leur devoir de respecter le droit de manifester des citoyens et les a appelés à la prudence lorsqu'il s'agissait de distinguer les manifestants pacifistes de ceux posant un problème de sécurité publique.

En début de soirée, le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, a exhorté ses concitoyens à faire preuve de « tolérance, de respect et de retenue » après l'annonce de la décision du grand jury. Le gouverneur Nixon avait alors affirmé qu'il n'était pas au courant de la décision.

Mort de Michael Brown à Ferguson : Barack Obama réagit

Le gouverneur avait déjà décrété l'état d'urgence, mobilisé la garde nationale et renforcé les effectifs de police. Il a prévenu la population que les forces de l'ordre auraient recours à tous les moyens disponibles « si les gens sont violents ou menacent la propriété privée ».

Michael Brown, 18 ans, a été atteint par six projectiles tirés par le policier alors qu'il n'était pas armé. La mort du jeune Noir dans des circonstances nébuleuses a été à l'origine d'émeutes et de manifestations qui ont duré plusieurs jours dans la banlieue de Saint Louis. L'affaire est devenue emblématique des tensions interraciales qui persistent aux États-Unis.

Les résidents de Ferguson, dans la banlieue de Saint Louis, vivaient dans l'attente de la décision du grand jury depuis plus de trois mois.

Les commerçants ont barricadé leurs magasins. Les trajets d'autobus ont changé à cause des manifestations fréquentes. Le calendrier scolaire a aussi été chamboulé.

Le compte rendu de Yanik Dumont Baron après l'annonce, l'analyse de Donald Cuccioletta et de Stéphane Berthomet

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

International