•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secrétaire américain à la Défense démissionne

Obama annonce la démission du secrétaire d'État à la défense Chuck Hagel.

Obama annonce la démission du secrétaire d'État à la défense Chuck Hagel.

Photo : Larry Downing / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain Barack Obama a annoncé lundi la démission du secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, avec en toile de fond la lutte contre le groupe armé État islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Le président a déclaré que M. Hagel et lui avaient convenu d'un commun accord que c'était « un moment approprié pour qu'il mette fin à son service ». M. Hagel, 68 ans, restera toutefois en fonction jusqu'à ce que le choix de son successeur soit approuvé par le Sénat.

Lors d'une cérémonie à la Maison-Blanche, il a eu droit à un hommage soutenu du président, qui l'a décrit comme « un secrétaire à la Défense exemplaire » et « un ami ».

Selon des responsables américains cités par le New York Times, M. Obama aurait pris la décision d'expulser M. Hagel de son cabinet afin d'avoir un nouveau profil à la tête du Pentagone pour mener à bien l'opération militaire engagée en Irak et en Syrie. La décision découlerait d'une série de réunions entre les deux hommes au cours des deux dernières semaines

Le départ de M. Hagel, seul républicain au sein du cabinet Obama, met fin à un séjour difficile, pendant lequel il a peiné à se faire entendre auprès des autres conseillers du président américain en matière de sécurité.

Dans une note interne, citée par le New York Times au début du mois, Chuck Hagel s'interrogeait sur le bien-fondé et les chances de succès de la stratégie du président en Syrie, estimant que sa position au sujet du président Bachar Al-Assad manquait de clarté.

Tentant apparemment de minimiser les divergences, le président Obama a déclaré que M. Hagel lui avait « toujours parlé franchement ».

Nommé en 2013, en début de deuxième mandat du président Obama, pour succéder à Leon Panetta, il avait comme mission principale de réduire les dépenses et de mener à bien le retrait des soldats américains d'Afghanistan. Le lancement d'une campagne de frappes aériennes contre les djihadistes de l'EI en Irak, puis en Syrie, a profondément changé la donne.

M. Hagel est un vétéran de la guerre du Vietnam. Il a également été élu sénateur du Nebraska. Hostile à un interventionnisme à tout crin, il s'était rapidement opposé à la politique de George W. Bush en Irak, s'attirant les foudres de son propre camp.

Une réaction plus vaste s'impose, dit John Boehner

La réaction du président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, au départ de M. Hagel laisse entrevoir que la désignation de son successeur par le président Obama sera loin d'être une simple formalité.

Ce changement à la tête du Pentagone doit s'inscrire dans une réflexion plus large sur la stratégie américaine face au groupe EI, a-t-il averti par communiqué. « Nous ne pouvons vaincre l'ennemi sans un effort coordonné et réfléchi qui bénéficie du soutien massif du peuple américain. À ce jour, cette administration n'a pas réussi », a déclaré M. Boehner.

Une femme parmi les successeurs potentiels

Âgée de 53 ans, Michele Flournoy, une ancienne sous-secrétaire à la Défense, fait figure de favorite. L'ex-numéro trois du Pentagone a façonné la politique de retrait des États-Unis d'Afghanistan. Elle avait déjà travaillé au Pentagone sous la présidence de Bill Clinton.

Les autres noms qui circulent le plus sont ceux du sénateur démocrate du Rhode Island, Jack Reed, un ancien membre d'une unité d'élite de parachutistes, et d'Ashton Carter, ancien secrétaire adjoint à la Défense.

Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, Reuters, et NewYork Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !