•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ballade de Willy Mitchell, fondateur du festival Sweet Grass de Val-d'Or

Willy Mitchell
Willy Mitchell Photo: Archives Willy Mitchell / Light in the attic
Radio-Canada

En 1980, Val-d'Or a été l'hôte d'un événement musical qui voulait célébrer la culture des Premières Nations, il s'agit du festival Sweet Grass. L'événement en question était organisé par un musicien nommé Willy Mitchell, qui habitait alors à Val-d'Or. L'enregistrement du spectacle et l'histoire de Willy Mitchell viennent d'être ramenés à la mémoire collective par la parution de la compilation Native North America : Aboriginal Folk, Rock, and Country 1966–1985.

Comme son nom l'indique, la compilation Native North America (NNA), qui paraît cette semaine chez Light in the attic, regroupe des enregistrements très rares de musiciens issus des Premières Nations de partout au Canada, et même des États-Unis. Plusieurs de ces musiciens sont originaires de communautés qui se trouvent au Québec.

La ballade de Willy Mitchell

Willy Mitchell and the Desert River BandWilly Mitchell and the Desert River Band Photo : Archives Willy Mitchell / Light in the attic

On retrouve notamment sur NNA des chansons de Willy Mitchell, un chanteur originaire de la communauté de Kitigan-Zibi, en Outaouais. Il y est né en 1953. Son histoire est rocambolesque.

À l'adolescence, au cours des années 60, il découvre le rock. En 1968, il fonde le groupe Northern Lights, avec qui il donne des concerts dans le secteur de Maniwaki.

Quelques années plus tard, Willy Mitchell est victime d'un grave incident, alors qu'il festoyait avec un groupe d'ami, durant la période des fêtes. Histoire de faire un mauvais coup, ces amis ont volé des lumières de Noël. Au moment où ils ont rejoint Mitchell, ils lui ont remis les lumières de Noël. Mitchell ne savait pas exactement ce qui venait de se passer, mais il a vite compris que la situation n'était pas drôle quand il a vu la police arriver. Il a déposé les lumières de Noël par terre et s'est mis à courir.

Il a eu la malchance de tomber sur un policier qui avait la gâchette facile. Willy Mitchell a été atteint à la tête par une balle d'un des policiers.

Mitchell survit miraculeusement, mais passe plusieurs semaines à l'hôpital. L'expérience d'avoir échappé à une mort certaine l'a poussé à écrire de la poésie et composer des chansons pour s'exorciser des traumatismes qu'il a vécus en lien avec ce terrible événement. 

Il est donc passé de boulot en boulot au cours des années 70, et de ville en ville, tout en travaillant sur sa carrière musicale, accompagné par le Desert River Band.

À Val-d'Or, Sweet Grass

Pochette de l'album Sweet Grass Music enregistré à Val-d'OrPochette de l'album Sweet Grass Music enregistré à Val-d'Or

Au début des années 80, il se retrouve à Val-d'Or pour y travailler. Il décide d'y organiser, avec l'aide de son amie Jeanne Poirier, une femme très impliquée dans la cause des Premières Nations, un festival nommé le Sweet Grass. L'événement voulait célébrer la culture autochtone.

Il invite à ce festival plusieurs musiciens des Premières Nations. Ce sont aussi des musiciens qui se retrouvent sur la compilation Native North America, notamment Willie Dunn, Willie Thrasher et Morley Loon.

De ce spectacle, un album live à Val-d'Or complet a été enregistré et lancé par la suite sur vinyle. Ce disque est très rare aujourd'hui, mais plusieurs des chansons qui se trouvaient sur cet album ont été rééditées sur la compilation NNA.

Call of the moose

Parmi les chansons qui se retrouvent sur cet album, on retrouve le morceau de Willy Mitchell intitulé Call of the moose. Il s'agit d'un morceau fort intéressant, puisqu'il s'inspire d'une drôle de tradition abitibienne, celle de parader sur la rue principale avec une tête d'orignal abattu à la chasse sur le capot ou le toit de sa voiture.

Pour Mitchell, il s'agissait d'une bien étrange tradition. Voici donc une chanson enregistrée en concert à Val-d'Or en 1980, à propos d'une tradition bien connue ici. D'ailleurs, Florent Vollant a repris cette chanson plus tard.

Avec les informations de Kevin James Howes & Light in the attic

Abitibi–Témiscamingue

Musique