•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Direction Coupe Vanier pour les Carabins

Michel Chabot raconte.
Radio-Canada

Les Carabins de l'Université de Montréal ont vaincu les Bisons de l'Université du Manitoba 29-26, samedi, en finale de la Coupe Uteck. Ils obtenaient ainsi leur laissez-passer pour le match le plus important de la saison.

Un texte de Félix St-AubinTwitterCourriel

Les visiteurs sont passés bien près de s'imposer devant les Bleus, mais en vain. Les Carabins poursuivent donc leur ascension vers le sommet du football universitaire canadien.

Le bras du quart Gabriel Cousineau et les mains du receveur Mikhaïl Davidson ont été le point d’ancrage de ce triomphe montréalais. Malgré ses trois interceptions, Cousineau a complété 68,8 % de ses relais (24 en 35) pour un impressionnant cumulatif de 421 verges et 2 passes de touché. Il a aussi ajouté un majeur au sol.

Ses 421 verges par la voie aérienne sont notamment un nouveau record d’équipe. L'ancienne marque (401 verges) appartenait à Alexandre Nadeau-Piuze. Davidson, pour sa part, a réussi 5 attrapés, dont 2 dans la zone des buts, en plus de totaliser 142 verges.

La 50e Coupe Vanier, accédez à notre page sujet

Anthony Coady s'est également illustré dans la victoire. Le demi défensif a recouvré un échappé, en plus d'en provoquer un dans les dernières secondes de la rencontre. Ces deux jeux ont fait pencher la balance du côté des Carabins.

« Je rentrais sur le blitz et ça s'est ouvert entre les blocs, a expliqué l'étudiant en éducation physique et santé. Je suis passé à côté du porteur de ballon et j'ai eu un flash, j'ai vu que je pouvais frapper le ballon et c'est ce que j'ai fait. »

« C'est certain que ce n'est pas un jeu qu'on utilise très souvent, un blitz du demi de sûreté, mais ça a été commandé au bon moment, faut croire », a-t-il renchéri.

Des attaques qui se signalent

Dès les premiers instants du match, une vague de touchés a déferlé au CEPSUM de l’Université de Montréal. Après avoir encaissé un sac du quart sur le tout premier jeu, Cousineau a rejoint Davidson sur 89 verges. La table était mise pour un duel offensif.

Les Bisons ont répliqué au cours de leur séquence initiale. Jordan Yantz a utilisé ses jambes pour faire avancer les chaîneurs, avant de repérer Matt Sawyer dans la zone payante.

Le tandem Cousineau-Davidson a redonné une priorité de huit points aux locaux. Cette fois-ci, le quart de quatrième année a fait voyager le ballon sur 14 verges pour atteindre la terre promise.

Jayden McKoy (gauche) et Gabriel Cousineau (droite)Jayden McKoy (gauche) et Gabriel Cousineau (droite) Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

L’unité défensive manitobaine a été la première à signer un jeu clé. Le demi défensif Mitchell Harrison a en effet réalisé la 10e interception des Bisons depuis l’amorce des éliminatoires. Ce revirement s’est avéré coûteux pour les Bleus. Quelques jeux plus tard, Sawyer a marqué son deuxième majeur de la rencontre.

Les deux quarts ont franchi la zone des buts au sol dans les derniers instants du deuxième quart. En dépit d’une domination montréalaise au chapitre des verges (347-194), les Carabins sont rentrés au vestiaire avec une mince priorité de 27-21.

Les défenses se lèvent

Après une première demie où l'attaque a dominé, ce sont les défenses qui ont donné le ton au troisième quart. Coady a recouvré un échappé pour une deuxième semaine de suite, avant de voir le secondeur Jonathan Jones enregistrer la troisième interception de la journée pour les Bisons.

Avant ce match, Cousineau n’avait redonné le ballon à l’adversaire qu’à trois reprises au cours des 10 rencontres précédentes. Les difficultés qu’ont éprouvées les Bleus avec le jeu au sol ont forcé Cousineau à tenter plus de passes, ce qui a rendu l’attaque unidimensionnelle. Les différents demis à l’attaque de Montréal ont parcouru seulement 42 verges sur 16 courses (2,6 verges par portée).

« C'est une défense différente de celles que l'on voit au Québec, a déclaré Cousineau. Je n'ai pas connu le match que j'aurais voulu avoir, surtout la deuxième demie. Mais l'important, c'est qu'on a gagné. »

« Collectivement, on a connu la première demie qu'on voulait avoir, on a suivi notre plan de match. En deuxième demie, ils se sont ajustés et nous n'avons pas réussi à le faire aussi bien. On a sorti de notre plan de match un petit peu, a ajouté le principal intéressé. Ç'a été difficile. Mais encore une fois, notre défense a été incroyable. »

Les deux unités défensives ont dicté l’allure de la deuxième demie, où seulement 7 points ont été inscrits, comparativement à 48 dans les deux premiers quarts.

Fin rocambolesque

Avec moins de trois minutes à écouler au cadran, sur un troisième essai et une verge à franchir à la ligne de 38 dans le territoire des Carabins, les officiels ont décerné une punition douteuse, ce qui a permis aux Bisons de poursuivre leur séquence en attaque. Cette décision a ouvert la voie à un placement de 40 verges du botteur de précision Ryan Jones, qui a réduit l’écart à 29-24.

Incapables de gagner un premier jeu, les Carabins ont ensuite dégagé le ballon. Félix Ménard-Brière a envoyé l'objet 60 verges plus loin, jusqu’au 14 des Manitobains.

Anthony Coady (gauche) et Jordan Yantz (droite)Anthony Coady (gauche) et Jordan Yantz (droite) Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Yantz et son attaque ont avancé le ballon à la vitesse de l’éclair. Seulement 12 verges les séparaient d’une participation à la 50e Coupe Vanier. Coady s’est toutefois interposé, cette fois-ci avec un sac qui a fait perdre le ballon à Yantz, un échappé recouvré par son coéquipier Byron Archambault.

Ce jeu défensif important a mis un frein aux espoirs des visiteurs, au plus grand plaisir de la troupe de Danny Maciocia et des 5100 spectateurs.

« Ça a été très difficile. Nous sommes venus ici pour gagner ce match et nous avons fait toutes les bonnes choses pour pouvoir l'emporter, a noté l'entraîneur-chef des Bisons, Brian Dobie. Mais leur joueur défensif a effectué un gros jeu et nous leur avons donné le ballon. C'est le football. Félicitations à Montréal. Ils ont une grande équipe. Ils ont mérité cette victoire et j'espère qu'ils remporteront la Coupe Vanier. »

Un seul gain sépare maintenant les Bleus d'une première conquête de la prestigieuse Coupe Vanier. Ils auront rendez-vous samedi prochain au stade Percival-Molson avec les Marauders de l'Université McMaster, tombeurs des Mounties de l'Université Mount Allison 24-12, en finale de la Coupe Mitchell.

Football universitaire

Sports