•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransCanada déçue du rejet du projet de chaire sur le béluga

Chaire de recherche : l'ISMER et l'UQAR mettent fin aux discussions

Photo : Nature Quebec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un court communiqué, la compagnie TransCanada s'est dite déçue de la décision de l'UQAR-ISMER d'abandonner les discussions entourant la création d'une chaire de recherche sur l'estuaire du Saint-Laurent.

La compagnie est d'avis que cette décision est basée en partie sur le résultat de discussions sur la scène publique. 

Vendredi matin, la directrice de l'Institut des sciences de la mer (ISMER), Ariane Plourde, a défendu sa décision de ne pas aller de l'avant avec le projet financé par TransCanada en affirmant que « compte tenu de ce qui s'est passé sur la place publique, dans les médias, les décisions récentes gouvernementales, nous avons pris la décision hier de ne pas aller de l'avant avec la chaire de l'estuaire financée par TransCanada. »

On ne croit pas actuellement qu'on a les conditions pour travailler globalement selon nos principes de liberté académique et d'intégrité scientifique

Une citation de :Ariane Plourde, directrice de l'ISMER

Il s'agit d'une réflexion collective, ajoute la direction.

Dans son communiqué, TransCanada vante la qualité des chercheurs de l'Institut des sciences de la mer (ISMER), qui auraient assurément contribué à enrichir la connaissance scientifique sur la population de bélugas du Saint-Laurent à travers leurs travaux de recherche.

Devant ce refus, la compagnie confirme qu'elle entend examiner de nouveaux partenariats avec d'autres institutions.

Fuite de la stratégie de communication de TransCanada

Plus tôt cette semaine, des documents secrets de TransCanada, obtenus par Greenpeace, ont révélé en détail la stratégie de la compagnie pour faire accepter par l'opinion publique son projet de pipeline Énergie Est.

Cette stratégie qualifie notamment les professeurs d'université d'influenceurs importants.

Visiblement, le dévoilement de cette stratégie a suscité beaucoup d'embarras chez les scientifiques de l'ISMER. Sans compter les réactions des groupes environnementalistes :

Les groupes environnementaux se sont littéralement déchaînés sur nous depuis quelques jours

Une citation de :Émilien Pelletier, professeur et chercheur émérite à l'UQAR-ISMER

« C'est clair qu'il y a des dommages collatéraux à une telle action. C'est clair que nous avons à rebâtir la crédibilité qui a toujours été présente ici et notre intégrité aussi. Donc, il y aurait probablement eu certainement, très probablement, des problèmes de crédibilité, malheureusement », conclut Émilien Pelletier.

La documentation stratégique, réalisée avec l'appui d'une des plus importantes firmes de relations publiques au monde, Edelman, recommande à TransCanada de tenter de mettre les groupes environnementaux de son côté avec « une campagne de financement majeure » d'une université québécoise contribuant à la recherche environnementale. « Cela pourrait aider à montrer le sérieux de TransCanada sur ces sujets et donner une meilleure image », indique le document.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec