•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le journaliste canado-égyptien Mohamed Fahmy pourrait être amnistié

Au centre, le journaliste canado-égyptien, Mohamed Fahmy, et deux de ses collègues, australien et égyptien.

Au centre, le journaliste canado-égyptien, Mohamed Fahmy, et deux de ses collègues, australien et égyptien.

Photo : Asmaa Waguih / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président égyptien pourrait accorder son pardon à trois journalistes du réseau Al-Jazira, dont le Canadien Mohamed Fahmy, emprisonnés au Caire.

Abdel Fattah Al-Sissi a indiqué, en entrevue sur les ondes de France 24, que des discussions avaient lieu actuellement sur l'amnistie présidentielle qui pourrait être accordée aux trois hommes.

Il y a quelques jours, le chef de l'État égyptien a décrété une loi qui lui confère des pouvoirs plus importants pour déporter des étrangers inculpés en Égypte.

Pourtant, le président Al-Sissi avait refusé dans le passé d'intervenir dans les affaires judiciaires. Il avait cependant admis que cette histoire avait eu des effets très négatifs sur la réputation de son pays.

Le journaliste canado-égyptien Mohamed Fahmy et deux de ses collègues d'Al-Jazira ont été condamnés en juin à des peines de 7 à 10 ans de prison par un tribunal du Caire. On les accuse d'avoir fraternisé avec les Frères musulmans, une organisation redevenue terroriste pour le nouveau gouvernement égyptien. Les trois journalistes ont été arrêtés en décembre, comme 17 autres collègues d'Al-Jazira.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !