•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario et le Québec unissent leurs voix face au projet de pipeline de Transcanada

Construction du pipeline Énergie Est de TransCanada

Construction du pipeline Énergie Est de TransCanada

Photo : TransCanada

Radio-Canada

L'Ontario reconnaît que le projet Énergie Est de Transcanada représente un potentiel intéressant pour améliorer la croissance économique du Canada.

Un texte de Christian NoëlTwitterCourriel

« L'industrie pétrolière et gazière est une partie intégrale et stratégique pour l'économie et la qualité de vie au Canada », selon le ministre de l'Énergie Bob Chiarelli.

« Mais cette prospérité doit être partagée avec les provinces touchées, ajoute le ministre, avec de la création d'emplois à court et à long terme ».

L'Ontario sera une des provinces les plus touchées, ajoute Bob Chiarelli. La moitié de l'oléoduc traversera son territoire.

Quelques chiffres 

  • Le projet de pipeline Énergie Est de Transcanada : 4460 km
  • Partie ontarienne : 2122 km (47 %)
  • Capacité : 1 million de barils de pétrole brut par jour (des sables bitumineux de l'Alberta vers les raffineries du Québec et du Nouveau-Brunswick)

L'Ontario impose donc ses conditions à Transcanada avant de donner le feu vert au projet d'oléoduc sur son territoire.

Des lignes directrices que la province entend défendre lors des audiences de l'Office national de l'Énergie pour évaluer le projet.

Les conditions ontariennes ressemblent grandement à celles du Québec. En fait, le ministre de l'Énergie de l'Ontario a présenté sa liste l'an dernier, en novembre 2013.

Conditions de l'Ontario

- Le projet d'oléoduc devra respecter les plus hauts standards techniques pour assurer la sécurité des citoyens et la protection de l'environnement

- TransCanada devra garantir un plan d'intervention et de mesures d'urgence selon les standards les plus élevés

- La compagnie devra assumer l'entière responsabilité au niveau économique et environnemental en cas de fuite ou de déversement, et démontrer qu'elle a un fonds d'indemnisation suffisant pour dédommager les communautés touchées en cas d'accidents

- Les communautés locales et les Premières Nations devront être consultées

- Le projet devra générer des retombées économiques, à court et à long terme, notamment en matière de création d'emplois

- Transcanada devra s'assurer que la conversion prévue du gazoduc en oléoduc ne causera pas de problème d'approvisionnement en gaz naturel pour les Ontariens

Importante différence avec Québec 

Cependant, il existe une différence de taille entre la position des deux provinces.

Contrairement au Québec, l'Ontario ne demande pas une évaluation environnementale provinciale sur son territoire. L'Ontario indique plutôt qu'il n'a pas l'intention d'imposer un « fardeau réglementaire supplémentaire » à Transcanada au-delà des exigences de l'Office national de l'Énergie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Politique