•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de Club Med présenté aux citoyens dans Charlevoix

Un reportage de Guylaine Bussière
Radio-Canada

Plusieurs questions ont été soulevées lors d'une rencontre d'information, mercredi soir, à Petite-Rivière-Saint-François concernant l'implantation d'un Club Med au pied du Massif. La question du financement semble préoccuper plusieurs citoyens qui ont pris connaissance du projet pour la première fois.

Il a été possible d'apprendre que c'est le groupe Le Massif qui devra investir la totalité des 105 millions de dollars nécessaires à la construction du complexe de 300 chambres si le projet se concrétise.

Le président-directeur général du Groupe, Claude Choquette a précisé que la gestion du projet sera toutefois assurée par le Club Med.

« Dans les conditions, il y a des ententes avec le Club Med sur des engagements qu'eux ont envers le projet, mais au niveau de l'immobilisation actuellement le projet doit être construit par Groupe Le Massif », a-t-il dit.

L'entente avec le Club Med fait toujours l'objet de négociations. Le Massif entend profiter de la visibilité et de la réputation de la société française pour assurer la viabilité du projet. 

Le Club Med nous apporte une espèce de garantie d'achalandage qui va nous permettre, à l'intérieur de notre projet, d'avancer beaucoup plus vite et de nous faire connaître de façon plus importante.

Claude Choquette

Modifications demandées

Le complexe hôtelier avec piscine et spa sera dispersé sur une surface de 35 000 mètres carrés au pied de la montagne.

La séance d'information de mercredi était organisée par la Municipalité régionale de comté (MRC) de Charlevoix, qui devra modifier son schéma d'aménagement pour accueillir le projet au pied de la montagne. Le nouveau règlement permettrait de faire passer les surfaces de construction de 3000 à 10 000 mètres carrés et d'augmenter la hauteur des immeubles.

« On a une idée du gabarit, le projet n'est pas encore dessiné. Il était important de vérifier que le schéma d'aménagement pouvait être modifié pour faire ce projet », a précisé la vice-présidente du Club Med, Marilyne Mesiano.

Caroline Doyon et Marilyne Mesiano du Club MedCaroline Doyon et Marilyne Mesiano du Club Med Photo : Radio-Canada

L'accès à la montagne, l'augmentation de la densité de population dans le village de Petite-Rivière-Saint-François, le respect du cadre environnemental sont tous des aspects du projet qui ont fait l'objet de questions par les citoyens mercredi soir.

« On ne pourra pas circuler comme on veut à certains endroits, ça, j'en suis convaincu. Ça va devenir des territoires clôturés et c'est une partie de la montagne qui va être réservée à la clientèle », s'inquiétait Jean-Paul Boudreau.

Arrivé à la rencontre avec des appréhensions sur la viabilité du projet, Martin Côté est reparti plus convaincu comme plusieurs résidents présents. « Pour la région c'est un gros plus. Je suis rassuré et c'est une bonne chose », a soutenu le citoyen.

L'attrait de l'hiver

L'échéancier n'est pas encore précis, mais le Club Med semble tenir à ce projet pour développer son offre en Amérique du Nord. 

Le Club Med a choisi la région de Charlevoix pour des raisons esthétiques, mais aussi pratiques. La vice-présidente du Club Med Canada, Caroline Doyon soutient que l'hiver au Québec est « séduisant ».

« Québec est une si belle région quatre saisons, pour nous, qui est la clé pour un développement. On veut avoir une saison la plus longue, on veut être ouvert à l'année. Le Québec se prête très bien à ça », dit-elle.

Le Groupe Le Massif anticipe des retombées économiques de 78 millions de dollars durant la construction et de 30 millions annuellement par la suite pour la grande région de Québec.

Le projet en chiffres

  • Nombre de chambres : 300
  • Possibilité de 100 de plus
  • 76 chambres pour employés
  • Coût de construction : 105 millions de dollars
  • Dépenses opérationnelles : 45 millions de dollars
  • Emplois pendant la construction : 693
  • Emplois directs et indirects après la construction : 738
  • Durée de la construction : de 18 mois à 2 ans

Québec

Tourisme