•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaz naturel acheminé sur la Côte-Nord? 

Gaz naturel
Un brûleur à gaz naturel (archives) Photo: AFP / Fred Tanneau
Radio-Canada

Pétrolia et TUGLIQ Énergie souhaitent approvisionner la Côte-Nord en gaz naturel d'ici 2018. Selon le plan proposé, le gaz naturel proviendrait de la Gaspésie et serait acheminé par barges.

Depuis des années, les élus de la Côte-Nord tentent de convaincre les gouvernements et les entreprises privées d'investir dans un réseau de distribution de gaz naturel.
Gaz Métro a abandonné en mars 2013 son projet de gazoduc, trop coûteux.

TUGLIQ Énergie propose maintenant une autre option : du gaz naturel liquéfié, acheminé par bateau. Un choix moins coûteux et plus flexible que le gazoduc, selon l'entreprise.

« Une fois arrivé à destination, le bateau va rester amarré au quai et va servir de réservoir et pourra tout simplement alimenter les industriels, soit directement après avoir été regazéifié à l'installation portuaire », affirme le vice-président de TUGLIQ Énergie, Laurent Abbatiello.

TUGLIQ Énergie a signé une entente avec Pétrolia pour distribuer le gaz naturel produit en Gaspésie, plus précisément celui du projet Bourque situé entre Murdochville et Grande-Vallée.

Objectif : 2018

« Si on a des clients qui sont prêts aujourd'hui à prendre du gaz, on pourrait commencer les travaux dès 2015, faire l'évaluation et la demande de bail de production en 2016 et espérer un début de production en 2017 », mentionne Alexandre Gagnon, président-directeur général de Pétrolia.

Si tout va bien, Pétrolia et TUGLIQ Énergie souhaitent acheminer du gaz naturel sur la Côte-Nord en 2018.

Ils devront trouver 800 millions de dollars pour réaliser ce projet. Au moins 500 millions seront nécessaires pour construire les infrastructures portuaires, l'usine de liquéfaction flottante et les barges pour le transport du gaz. S'ajoute à cela 300 millions de dollars pour extraire le gaz gaspésien. Reste à voir si la demande justifiera de tels investissements.

D'après un reportage de William Phénix

Est du Québec

Économie