•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduire la consommation de boissons sucrées

Radio-Canada

La Coalition québécoise sur la problématique du poids lance une campagne de sensibilisation à la surconsommation de boissons sucrées, nuisible pour la santé.

Selon la Coalition, le sucre contenu dans les boissons gazeuses, les boissons énergétiques, cocktails fruités, eaux vitaminées ou thés glacés contribue à l'obésité, aux maladies cardiovasculaires ainsi qu'au diabète.

Or, en 15 ans, la consommation des boissons sucrées a doublé, mentionne Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

« Chez les enfants de 4 ans, on sait qu'il y a un enfant sur cinq qui en consomme tous les jours. C'est énorme, c'est problématique, car on sait que ces produits-là sont associés à l'obésité, le diabète, la carie dentaire et autres maladies chroniques », dit-elle.

Le problème est particulièrement marqué chez les adolescents qui en consomment en moyenne un demi-litre par jour.

Selon Harold Goldstein, un expert en santé publique de la Californie, boire deux bouteilles de soda par jour augmente de 20 % le mauvais cholestérol dans le sang après seulement deux semaines.

Harold Goldstein est à l'origine d'un mouvement qui réclame l'affichage, sur les étiquettes des boissons, de l'association de risques pour la santé à une surconsommation de sucre.

Taxe réclamée

Afin de favoriser la réduction de la consommation de ces produits, la Coalition demande l'imposition d'une taxe sur les boissons sucrées.

Voici la quantité de sucre que l'on retrouve dans différents types de boissons.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Voici la quantité de sucre que l'on retrouve dans différents types de boissons.

Photo : Radio-Canada

Corinne Voyer souligne qu'une taxe de 10 sous le litre aurait déjà un effet dissuasif significatif.

« Les études démontrent que pour une augmentation de 10 %, on peut s'attendre à une baisse de 8 % à 10 % de la consommation. C'est un premier pas qui vient lancer un message clair que c'est une boisson qui ne doit pas être consommée régulièrement », fait-elle valoir.

Selon la Coalition, l'imposition d'une telle taxe permettrait au gouvernement de récupérer 80 millions de dollars par année.

Cette somme pourrait être réinvestie dans des programmes de prévention des maladies, propose la Coalition.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé